Elevage intensif des dindes

Dindes dans des élevages surpeuplés

Les systèmes intensifs empêchent les dindes d’exprimer la plupart de leurs comportements naturels, ce qui peut engendrer du stress et nuire à leur santé.

Aucune réglementation, française ou européenne, n'encadre les conditions de vie des dindes en élevage.

Les dindonneaux sont logés dans des hangars surpeuplés de plus de 10.000 oiseaux, artificiellement éclairés et ventilés, et dépourvus de matériaux pouvant leur permettre d'exprimer leurs comportements naturels. Il n'existe pas de limitation de surface de l’élevage, et la densité de ces élevages est de 8 dindes par m2. L'unique aménagement de ces hangars sont les points de d'eau et de nourriture, avec de la litière sur le sol pour absorber les excréments. Cette extrême pauvreté du milieu entraîne des comportements anormaux, comme des picages, qui peuvent à leur tour provoquer des blessures voire la mort de l'animal. Pourtant, des études ont montré que des aménagements simples (comme des barrières pour structurer l'espace ou des supports de picage) diminuent les lésions dues à la sur-agressivité et la mortalité.

Les dindes femelles sont abattues à 91 jours et les mâles à 105 jours. Ces conditions d'élevage sont vécues par 97 % des dindes élevées en France. Leur chair est ensuite commercialisée sans étiquetage spécifique, ou avec la mention « certification de conformité (CCP) ».

A l'intérieur d'un élevage intensif

Elevage intensif de dindes (remarquez la forte densité et les oiseaux avec le bec coupé)

Surpeuplement

Les dindes confinées dans des bâtiments surpeuplés ne peuvent pas se déplacer librement ni changer de place pour éviter la chaleur ou la saleté. Quand la litière devient humide, elle dégage de l'ammoniac provoquant des inflammations cutanées, des problèmes oculaires et respiratoires. Elle peut aussi causer de douloureuses plaies aux pattes. Ces lésions, observées dès les premières semaines de vie de l'animal, sont douloureuses (surtout pour les stades avancés) et peuvent conduire à des infections plus générales.

La surpopulation et une mauvaise ventilation peuvent conduire à des températures élevées, ce qui provoque chez les oiseaux de l'inconfort et un stress thermique.

Pattes déformées

La croissance rapide des dindes provoque des déformations des pattes et des troubles locomoteurs, en particulier chez les mâles plus lourds. On observe alors une démarche anormale, induisant de la fatigue et des boiteries. Des graves ulcères aux pattes sont également plus fréquents chez les oiseaux mâles.

Reproduction naturelle impossible

A l'état sauvage, le dimorphisme sexuel (notamment la différence de poids et de taille entre le mâle et la femelle) des dindes est déjà très marqué. Les sélections génétiques actuelles ont accentué ce phénomène. Les mâles reproducteurs atteignent aujourd'hui des poids extrêmes et souffrent souvent de graves problèmes articulaires. Les dindons sont sont trop lourds pour s'accoupler naturellement et la fécondation se fait donc par insémination artificielle. Pour que les reproducteurs issus de souches à croissance rapide soient en bonne condition physique à l'âge de fertilité, leur nourriture est restreinte. Ces animaux souffrent de faim chronique11

Propagation des maladies

Bien que des vaccins existent pour de nombreuses infections, le surpeuplement source de stress affaiblit le système immunitaire et augmente le risque de propagation des maladies infectieuses. L'épidémie de 2007 de la grippe aviaire en Europe a eu des effets dévastateurs sur l'industrie de l'élevage de la dinde.

Eclairage, agression et débecquage

Les hangars sont faiblement éclairés pour que les oiseaux soient moins actifs et ainsi réduire leur agressivité dûe aux mauvaises conditions d’élevage dans ces bâtiments sans enrichissement. Les agressions et le problème du cannibalisme sont souvent contrôlés en débecquant systématiquement les oiseaux - une opération réalisée sans anesthésie. Le bec est le principal « outil » de l'oiseau et est très innervé : le débecquage peut être très handicapant et, parfois même, peut provoquer des douleurs à chaque coup de bec.

Il existe des modes d'élevage alternatifs des dindes, qui engendrent moins de souffrances.


Partager cette page

Recevez notre lettre d'info