Search icon

Les exportations depuis l'UE

Mettre fin aux exportations d'animaux de l'UE vers les pays tiers

Chaque année, l’Union Européenne exporte environ 3 millions d’animaux de ferme vers des pays tiers. Les animaux - bovins, ovins et porcs - sont exportés au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Russie ou encore dans les pays de l'ex-Yougoslavie.

Comme vous le verrez dans notre rapport et le film qui l'accompagne, ces longs voyages provoquent régulièrement de nombreuses souffrances animales.

Avertissement : ce film comporte des scènes de souffrance animale et peut perturber certaines personnes.

Les exportations d'animaux vivants de l'UE vers des pays tiers

Ce film comporte des scènes de souffrance animale et peut être perturbant.

Lire le rapport Exportation d'animaux vivants de l'UE vers les pays tiers (en anglais)

Les camions surchargés, une mauvaise ventilation et une litière sale sont des problèmes courants dans les camions. Les animaux reçoivent souvent trop peu de nourriture, d'eau et de repos. Les abreuvoirs ne fonctionnent parfois pas ou sont vides ce qui fait que les animaux souffrent de soif. Les animaux en fin de gestation peuvent mettre bas dans le camion. Pendant les longs trajets, des animaux tombent malades, d'autres sont blessés et d'autres encore meurent.

La Turquie est le plus gros pays importateur d'animaux en provenance de l'Union Européenne. Là-bas, les problèmes qui sont inhérents aux longs trajets sont aggravés par de longs retards à la frontière entre l'UE et la Turquie. Au cours de ces retards - qui peuvent durer des heures, voire des jours - les animaux sont souvent laissés dans les camions sans nourriture adaptée ni eau. Dans la chaleur étouffante de l'été, ces retards peuvent conduire à des souffrances extrêmes.

Ces exportations d’animaux vivants depuis l’UE contredisent l’affirmation selon laquelle bien-être animal est une valeur européenne importante. Le principe qui devrait guider le commerce d'animaux vivants a été succinctement exprimé par la Fédération des vétérinaires d'Europe, qui souligne que « les animaux doivent être élevés aussi près que possible des installations dans lesquelles ils sont nés et abattus aussi près que possible du lieu de production ». L'exportation d'animaux vivants de l'UE vers des pays lointains comme la Russie, l'Irak, le Liban et la Libye est complètement contraire à ce principe.

Nous demandons instamment à la Commission de mettre fin de toute urgence à ce commerce d'animaux vivants.