Search icon

Perte de la biodiversité

L'élevage industriel met en péril le monde naturel et menace la survie de nombreuses espèces animales et végétales.

Biodiversité en danger
L'élevage industriel, une menace pour la biodiversité

Nous dépendons de la santé des écosystèmes pour notre bien-être général et notre survie. Ils nous fournissent notre alimentation, notre eau et même notre air1. En 19972, un groupe de scientifiques a calculé que les services fournis par nos écosystèmes, s'ils étaient correctement évalués, vaudraient autour de 33 000 milliards de dollars US par an. Malgré cela, la survie d'innombrables espèces végétales et animales dans le monde est actuellement menacée3. Divers facteurs sont à l'origine de cette crise d'extinction, mais l'élevage industriel en est un élément essentiel.

Productions toxiques

L'élevage industriel est à l'origine de divers problèmes de pollution qui fragmentent, voire détruisent, les habitats naturels. Cette destruction peut faire fuir ou même détruire les animaux et les végétaux qui y vivent. Les divers effluents d'élevages industriels peuvent être particulièrement problématiques, se répandre dans les cours d'eau et dans les pires cas, laisser de vastes « zones mortes » dans lesquelles peu d'espèces peuvent survivre. Par exemple, une partie de l'azote issu de ces élevages peut devenir gazeux et se transformer en ammoniac, qui contribue à l'acidification de l'eau et la destruction de la couche d'ozone.

169 zones marines ont été classées « zones mortes » depuis 2008. Il y en avait 44 en 1995. L'une des plus grandes se trouve dans le Golfe du Mexique et on a estimé, en 2002, qu'elle était de la taille du Massachusetts, soit 22 000 km².
World Resources Institute, 20084

La ruée pour la terre

La destruction délibérée des habitats naturels constitue également un facteur considérable de perte de biodiversité. Nous avons besoin de terres pour faire pousser la nourriture des animaux d'élevage. Environ un tiers des terres cultivables au monde est déjà dévolu à l'alimentation des animaux5. Malheureusement, comme l'espace pour les cultures est déjà limité, nous assistons à une recherche de terre dans certaines parties de l'Amérique latine et de l'Afrique sub-saharienne, notamment là où se trouvent actuellement des prairies et des forêts, précieuses sur le plan environnemental. Entre 1980 et 2000, une zone représentant plus de 11 fois la taille de la France a été transformée dans les pays en développement en nouvelles terres agricoles – dont plus de 10 % aux dépens de forêts tropicales existantes. Les scientifiques qui ont travaillé sur cette étude ont aussi montré que l'agriculture intensive, plutôt que les fermes familiales, était le principal moteur de ce changement d'affectation6. Le problème n'est cependant pas limité aux régions tropicales ; la pression croissante qui s'exerce sur des terres cultivables autour de l'Europe, par exemple, entraîne la disparition d'un grand nombre de végétaux et d'animaux7.

Les tendances actuelles suggèrent que l'expansion agricole en Amazonie, pour le pâturage et les cultures, détruira 40 % de cette forêt tropicale humide, fragile et vierge, d'ici 2050.
Nature (2006)8

Un climat changeant

L'élevage industriel est responsable d'émissions considérables de gaz à effet de serre – 14,5 % du total de nos émissions, soit davantage que le secteur des transports9. Ces émissions intensifient le changement climatique et rendent la vie dans certains habitats de plus en plus difficile. Selon la Convention sur la diversité biologique10, le changement climatique peut affecter la croissance et la production des végétaux en favorisant le développement de parasites et de maladies, en créant une exposition croissante au stress thermique et à des pluviosités changeantes, ainsi qu'en provoquant l'érosion des sols à cause de vents plus forts.

Une espèce sur 10 pourrait s'éteindre d'ici 2100 si les impacts du changement climatique se poursuivent selon les prévisions actuelles.
National Academy of Sciences (2010)11

Pas encore convaincus ? D'autres que nous le disent

Les répercussions de l’élevage industriel, comme la pollution, la déforestation et le changement climatique, mettent en péril la survie d’autres animaux et plantes.

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (2006)12

L’expansion et l’intensification de l’agriculture [conduit à] la destruction, la dégradation et la fragmentation de l’habitat.

Birdlife International (2011)13

La biodiversité contribue… aux éléments constitutifs du bien-être humain, comme la sécurité et les matières premières nécessaires pour vivre correctement, en bonne santé, avoir de bonnes relations sociales, et la liberté de choisir et d’agir… Les pertes de biodiversité ont conduit certaines personnes à faire l’expérience d’un bien-être en déclin et de la pauvreté dans certains groupes où la situation sociale s’aggrave.

Millennium Ecosystem Assessment (2005)14

Comment agir ?

L'élevage industriel menace la biodiversité. En prenant des mesures pour limiter l'élevage industriel, nous ne participons pas simplement à une révolution agricole et alimentaire ; nous aidons également à préserver les écosystèmes précieux avec les animaux et les plantes qui y habitent.

Vous souhaitez protéger l’environnement ?

Aidez-nous à mettre fin à l’élevage industriel ! Saisissez votre e-mail pour recevoir nos appels à actions et l’actualité de nos campagnes (vous pouvez vous désabonner à tout moment).

Références

  1. Defra, 2011. Ecosystems Services
  2. Nature, 1997. The Value of the World’s Ecosystem Services and Natural Capital
  3. Union Internationale pour la Conservation de la Nature, 2008. La vie sauvage dans un monde en mutation : la Liste rouge de l'UICN des espèces menacées™
  4. World Resources Institute, 2008. Eutrophication and Hypoxia in Coastal Areas: A Global Assessment of the State of Knowledge
  5. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 2006. Livestock’s Long Shadow
  6. Proceedings of the National Academy of Sciences, 2010. Tropical Forests Were the Primary Sources of New Agricultural Land in the 1980s and 1990s
  7. Birdlife International, 2011. Agriculture in Biodiversity in the EU
  8. Nature, 2006. Modelling Conservation in the Amazon Basin
  9. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 2013. Réduire les émissions de gaz à effet de serre dues à l’élevage: c’est possible
  10. Convention sur la Diversité Biologique, 2007. La diversité biologique et les changements climatiques
  11. National Academy of Sciences, 2010. Recent Ecological Responses to Climate Change Support Predictions of High Extinction Risk
  12. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 2006. Livestock’s Long Shadow
  13. Birdlife International (2011), Human Actions are Putting Pressure on Species, Sites and Habitats
  14. MEA (2005), Ecosystems and Human Wellbeing