Search icon

Gaspillage

L'élevage industriel nécessite beaucoup de ressources mais restitue proportionnellement peu d'énergie calorique sous forme d’aliments.

Gaspillage ressouces
L'élevage industriel gaspille des ressources

L'élevage permet de « convertir » des produits végétaux en viande, lait et œufs. Les méthodes agricoles traditionnelles sont relativement efficaces en termes d'utilisation des ressources permettant de transformer l'herbe et certains déchets en aliments. En revanche, le modèle d'élevage industriel « croissance rapide, rendement élevé » est beaucoup moins efficace, car il utilise des quantités considérables de ressources (eau, céréales, pétrole) pour fournir relativement peu d’énergie calorique en retour.

Des usines à nourriture inversées

Les animaux d’élevage industriel mangent non seulement beaucoup d’aliments que l’homme pourrait directement consommer, mais en plus, l’essentiel de cette nourriture ne peut pas être convertie en viande. Cette énergie leur est tout simplement nécessaire pour d’autres activités, comme se déplacer et maintenir leur température corporelle. En 2000, on a calculé que chaque kilo de viande produit nécessite bien plus de kilos d’aliments pour les animaux.1

Il faut en moyenne six kilos de protéines végétales pour produire seulement un kilo de protéines animales.
The American Journal of Clinical Nutrition
, 20032

Utilisation importante des ressources

Parce que l'élevage industriel utilise beaucoup d'aliments pour les animaux, d'autres ressources sont elles aussi nécessaires en grandes quantités pour cultiver ces aliments. L'une d'elles est la terre : il faut bien plus de surfaces pour produire de la viande ou des produits laitiers que pour produire des légumes, des céréales ou des fruits3. Il faut aussi de l'eau, souvent utilisée pour irriguer les cultures, en particulier lorsqu'elles sont produites dans des pays à faible pluviométrie. Selon le WWF4, la production de bétail consomme environ 23 % de toute l'eau utilisée en agriculture – ce qui équivaut à plus de 1 150 litres par personne et par jour. Il faut également beaucoup d'énergie, en particulier pour la fabrication d'engrais et de pesticides, pour cultiver les aliments destinés aux animaux5. Ces pesticides et engrais requièrent en plus d'importants volumes de ressources précieuses, comme l'azote et le phosphore. La plupart de ces ressources pourraient être mieux utilisées, afin de nous aider à faire pousser assez de cultures destinées à la population mondiale actuelle, par exemple.

Il faut plus de 15 000 litres d'eau pour produire un kilo de bœuf. Ce chiffre est à comparer aux 1.200 litres d'eau nécessaires pour produire un kilo de maïs et aux 1 800 litres nécessaires pour produire un kilo de blé.
UNESCO, 20106

« Pic de tout »

Le terme « pic » s'utilise à propos des ressources non renouvelables, comme le pétrole et le phosphore7, largement utilisés dans l'élevage industriel. Il indique le moment où la disponibilité d'une ressource atteint un pic et à partir duquel les approvisionnements commencent à diminuer. Les avis divergent sur le moment exact où ces ressources seront épuisées, mais la réalité est simple : un jour, nous n'aurons plus accès à certaines ressources dont nous sommes devenus dépendants dans l'alimentation industrielle. Ces ressources se trouvent en plus dans un nombre limité de pays, d'où des risques géopolitiques évidents pour les pays qui sont des importateurs nets8.

Aux USA, l'élevage à grands renforts de produits chimiques utilise l'équivalent d'un baril de pétrole, en termes d'énergie, pour produire une tonne de maïs, un des principaux ingrédients dans l'alimentation animale.
Banque mondiale, 20089

Ne vous fiez pas uniquement à notre parole

Il est clair que la production alimentaire consomme de grandes quantités d’eau d’une importance cruciale, qui est en concurrence avec d’autres usages et utilisateurs.

FAO (2006)10

La production de viande à partir d’animaux nourris avec des cultures irriguées a des conséquences directes sur les ressources en eau, bien plus que si la viande provenait d’animaux élevés en pâturage ou nourris avec des résidus de cultures.

Stockholm International Water Institute (SIWI) (2008)11

En résumé

L'élevage industriel gaspille les ressources. En prenant des mesures pour limiter l'élevage industriel, nous ne participons pas simplement à une révolution agricole et alimentaire ; nous économisons aussi des ressources vitales qui pourraient être mieux utilisées ailleurs.

Vous souhaitez lutter contre la pauvreté ?

Aidez-nous à mettre fin à l’élevage industriel ! Saisissez votre e-mail pour recevoir nos appels à actions et l’actualité de nos campagnes (vous pouvez vous désabonner à tout moment).

Références 

  1. Smil (2000), Feeding the World: A Challenge for the Twenty-first Century, MIT Press
  2. AJCN (2003), Sustainability of Meat-based and Plant-based Diets and the Environment
  3. AJCN (2003), Sustainability of Meat-based and Plant-based Diets and the Environment
  4. WWF (2008), Rapport Planète vivante 2008
  5. Pimentel (2006), Impacts of Organic Farming on the Efficiency of Energy Use in Agriculture
  6. UNESCO (2010), The Green, Blue and Grey Water Footprint of Farm Animals and Animal Products
  7. Nature (2009), The Disappearing Nutrient
  8. SEI (2004), The Precarious Geopolitics of Phosphorous
  9. World Bank (2008), Agriculture for Development
  10. UNFAO (2006), Livestock's Long Shadow
  11. SIWI (2008), Saving Water: From Field to Fork