Search icon

Les principaux enjeux

Bien-être des poissons

Compte tenu de l'effondrement des réserves mondiales de poissons, il n'est pas durable de manger en majorité du poisson sauvage. De plus,les poissons sauvages ont peut-être des conditions de vies leur permettant d'exprimer leurs comportements naturels, mais leur capture et mise à mort restent souvent violentes et inacceptables. Les poissons peuvent être traqués jusqu'à l'épuisement ; regroupés à l'aide de filets électrifiés ; attrapés dans des filets tranchants ou harponnés. Lorsque les poissons sont remontés rapidement depuis les profondeurs à la surface, leurs organes peuvent exploser et leurs yeux sortir de leurs orbites sous l'effet du changement de pression.

Dans certains cas, consommer du poisson d'élevage peut-être plus durable - en particulier si les poissons élevés ne sont pas des grands prédateurs, par exemple, les carpes ou les silures. Cependant, la plupart des poissons d'élevage sont aussi abattus de façon cruelle et inacceptable. La suffocation est la méthode la plus employée et peut durer des heures. A ce jour, l’abattage de la majorité des poissons engendre de grandes souffrances et ce, qu'ils soient issus d'élevage ou de la pêche.

Fish farm.jpg

Elevages intensifs sous-marins

En élevage aquacole, les poissons sont élevés dans des bassins très petits jusqu'à atteindre leur taille adulte, moment où ils sont mis à mort et vendus. La majorité des systèmes d'élevage ont pour priorité des impératifs économiques, avant le bien-être des poissons. Les bassins restreignent sévèrement l’expression des comportements naturels des poissons. La surdensité dans les bassins favorise la prolifération de parasites et maladies. La plupart des poissons sont élevés dans ce que l’on pourrait appeler des élevages intensifs sous-marins.

Résultat d'une expansion rapide, près de la moitié des produits marins consommés dans le monde provient aujourd'hui de l'aquaculture. Au-delà de la souffrance des poissons, l'élevage piscicole peut se révéler néfaste pour l'environnement et les communautés locales. De nouvelles directives et législations, analogues à celles s'appliquant aux élevages terrestres, sont nécessaires pour réduire de toute urgence l'impact environnemental de cette industrie.

Abattage

L'élevage devrait garantir deux aspects fondamentaux : une vie convenable et une mort digne. Les poissons d'élevage sont tués dans les élevages ou dans des abattoirs spécialisés. Pour être mis à mort, les poissons sont manipulés plus qu'à l'habitude ce qui génère du stress. Par exemple, des étapes de calibrage, mise à jeun, regroupement et transport s'enchainent le plus souvent sur les derniers jours ou dernières heures de vie.

La plupart des techniques d'abattage utilisées sont inacceptables, entre autres : immersion dans des bains d'eau et de glace ; suffocation à l'air libre ; asphyxie au dioxyde de carbone et saignée. Elles causent d'importantes peurs et souffrances. Les animaux se débattent et tentent de fuir. De nombreux poissons demeurent conscients et continuent de ressentir de la douleur durant plusieurs minutes après la coupe des branchies et la saignée.

Il existe d’autres méthodes d’abattage, mais en l'absence de législation, les opérateurs de la filière préfèrent réduire les coûts et n'achètent pas les équipements permettant une mise à mort rapide.

Fish caught in net.jpg

Durabilité

Les stocks de poissons sauvages s'effondrent de façon alarmante en raison de la surpêche. Selon certaines estimations, 90% des gros poissons ont disparu. Si la pêche continue au rythme actuel sans laisser aux écosystèmes marins le temps de se régénérer, nos océans seront d'immenses déserts d'ici 2050. Une fois ces espèces et habitats disparus, il n'y aura aucun moyen de les restaurer.

Nourrir des poissons avec des poissons

Nous sommes confrontés à une crise mondiale de surpêche. Sans la création massive de nouvelles aires marines de conservation et la réglementation de l'industrie, nous risquons d'être confrontés à un avenir avec des mers vides, sans poissons sauvages.

La pisciculture est responsable d'une grande partie du déclin de nos océans. Certaines espèces d'élevage très répandues comme la truite et le saumon sont carnivores. Cela signifie que, dans la nature, ils chassent d'autres poissons. Afin d'élever ces animaux, ils sont nourris avec des aliments à base de poissons capturés dans la nature. Environ un quart de tous les poissons sauvages capturés servent à l'alimentation des poissons. Cela représente entre 450 milliards et 1 milliard de poissons (car les taille des poissons capturés varie). En d'autres termes, il peut falloir jusqu'à 120 poissons sauvages pour élever un seul saumon d'élevage, de sorte que la pisciculture augmente en fait la pression sur les stocks sauvages. Comme ces poissons sauvages sont généralement abattus de façon cruelle, le coût en terme de bien-être  animal pour ces saumons est également énorme.

Couv resumé rapport poisson.JPG

Pour de plus amples renseignements sur les conséquences de l'utilisation de poissons sauvages pour nourrir les poissons d'élevage, consultez notre nouveau rapport, "Until the Seas Run Dry", produit en collaboration avec la Changing Markets Foundation (en anglais) ou bien le résumé de notre rapport est disponible ici en français.