Search icon

Pour une agriculture qui réponde au défi climatique

News Section Icon Publié 18/02/2015

A quelques jours de l'ouverture du SIA, CIWF s'inquiète de voir la question des impacts de l’élevage industriel encore trop ignorée. Les visiteurs du salon, politiciens et citoyens, doivent connaître l’importance de leurs choix alimentaires.

L’élevage industriel : un contributeur majeur aux émissions de gaz à effet de serre

L'élevage industriel contribue au changement climatique en rejetant d'importantes quantités de gaz à effet de serre. C'est une industrie énergivore qui consomme de nombreuses ressources pour élever les animaux mais aussi pour cultiver l'alimentation nécessaire à les nourrir.

« Les gaz à effet de serre issus de l’élevage représentent 14,5% des émissions totales de l’homme, plus que les émissions directes issues du secteur du transport » - Chatham House report, 2014.

Si la digestion des aliments par les animaux d'élevage produit des gaz à effet de serre, l’élevage industriel accentue les émissions avec notamment le défrichement des forêts pour les cultures destinées aux animaux d'élevage. La quantité d’énergie nécessaire pour produire les aliments et des concentrés destinés aux animaux, représente environ 75% de l’énergie totale requise par un élevage. En plus du dioxyde de carbone, des gaz plus néfastes comme le méthane et le protoxyde d'azote sont également produits en grandes quantités par les déjections des animaux et l'utilisation des engrais.

Une réalité encore largement ignorée

C’est le constat alarmant du rapport de la Chatham House : plus des 2/3 des personnes interrogées dans cette étude, dans plus de 12 pays, considèrent que les transports sont le responsable majeur des émissions de gaz à effet de serre, contre seulement 29% qui ont conscience de l’impact de la production de viande sur le climat.

A l'heure où s'ouvre le SIA, il est inquiétant de voir que le gouvernement et les politiques publiques ont peu ou pas pris la mesure de ce constat. Stéphane le Foll, ministre de l’agriculture, considère qu'élevage et climat ne sont pas liés en évoquant les bénéfices du pâturage alors que 80% des élevages sont intensifs en Europe. Il n’envoie donc pas les signaux nécessaires pour permettre d’informer et de changer le comportement du consommateur, au même titre que cela a pu être fait pour l’usage de la voiture.

Faire un geste pour la planète ? Consommez mieux !

La viande, les produits laitiers et les oeufs apparemment bon marché, issus de l’élevage industriel, dissimulent en fait des coûts réels très élevés non seulement pour les animaux, mais aussi les hommes et la planète. A l’heure des réflexions sur les politiques d’alimentation, il ne faut pas vouloir produire plus mais plutôt produire et consommer mieux.

Léopoldine Charbonneaux, Directrice CIWF France

Télécharger :