Search icon

L’étiquetage du mode d’élevage adopté !

News Section Icon Publié 26/05/2018

Les députés viennent d’adopter l’amendement 2119 à l’article 11 du projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire. Déposé par la députée Barbara Pompili et 45 députés de la majorité, cet amendement  est relatif à l’étiquetage des denrées alimentaires. Il introduit dans la loi l’obligation, à compter du 1er janvier 2023, d’informer sur le mode d’élevage pour toute les denrées animales ou d’origine animale. C’est un énorme pas en avant pour les animaux, les consommateurs et éleveurs !

Oui à l'étiquetage du mode d'élevage

Une victoire pour le consommateur

L’adoption de cet amendement contre l’avis du gouvernement ainsi que du rapporteur du texte est une surprise. De très nombreux amendements avaient été déposés à ce sujet, et l’étiquetage en particulier sur les modes d’élevage, était fortement ressorti parmi les solutions soutenues lors des Etats Généraux de l’Alimentation. Néanmoins, le Ministre de l’agriculture s’y opposait fortement, renvoyant à une expérimentation sans une volonté politique claire. Malgré cela, les députés ont eu le courage de voter cet amendement.

D’ici 2023, les denrées alimentaires animales ou d’origine animale devront indiquer le mode d’élevage, mais aussi si les  animaux ont été « nourri aux OGM ».

C’est donc une victoire pour les consommateurs et des associations qui le demandent depuis des années. Les français sont en effet à 96% favorable à l’extension de l’étiquetage des œufs à tous les produits carnés et laitiers[1]. Plus de 120 000 personnes ont d’ailleurs signé la pétition de CIWF demandant un étiquetage obligatoire des viandes et produits laitiers selon le mode d’élevage.

Reste à ce que cette disposition soit consolidée par l’examen du texte au Sénat.

Pour Léopoldine Charbonneaux, directrice de CIWF France : « l'étiquetage du mode d'élevage est un levier indispensable pour permettre au consommateur de choisir des produits issus d'élevages plus respectueux du bien-être animal. Il s'agit simplement de donner une information honnête et claire pour savoir comment l'animal a été élevé. L'étiquetage des œufs selon le mode d'élevage a été un succès et une réussite en termes de transparence pour les consommateurs. Il a contribué à l'augmentation des ventes d'œufs plein air, libérant ainsi des millions de poules de leurs cages sordides. Comme pour les œufs, cet étiquetage  permettra simplement de donner toute la transparence au consommateur. »

L’étiquetage des viandes, produits à base de viandes ou produits laitiers permettra au consommateur de faire des choix éclairés, et permettra de mettre en valeur le travail des éleveurs et éleveuses qui ont des pratiques d’élevages respectueuses du bien-être animal.

Sur le reste du texte, et notamment l’article 13 autour du bien-être animal, nous attendons encore la suite des débats, qui risque d’être beaucoup moins positive. Espérons que les députés sauront là aussi faire preuve d’indépendance par rapport à la politique du gouvernement bien peu ambitieuse sur le bien-être animal.

 

Contact presse

Claire Hincelin – claire.hincelin@ciwf.fr - 01 79 97 70 53 - 06 26 07 55 43

 



[1] Etude réalisée par les instituts techniques de l’élevage en France en mai 2016 dans le cadre du projet Casdar ACCEPT