L'élevage intensif des poulets

Poulets de chair entassés, élevage industriel

La forte densité est la règle dans un élevage intensif

845 millions de poulets élevés chaque année en France, plus de 80% dans des élevages intensifs pour satisfaire une demande croissante de poulet à bas prix : densité de peuplement élevée, bâtiments sombres et nus, croissance rapide et problèmes de santé sont le quotidien de ces millions d’oiseaux.

Les poulets de chair sont élevés dans des conditions incompatibles avec leur bien-être :

  • 17 à 22 poulets/m², soit moins d’une feuille A4 par poulet ;
  • bâtiments sombres sans aucun enrichissement (type perchoirs…) ;
  • sélection génétique pour atteindre le poids d’abattage le plus rapidement possible.

Des densités d’élevage excessives

Le lendemain de l’éclosion, les poussins se retrouvent dans d’énormes poulaillers sans fenêtre qui peuvent renfermer jusqu’à 40 000 individus. Et plus ils grandissent, plus leurs conditions de vie se dégradent. Cette surpopulation provoque de sérieux problèmes de bien-être et les poulets souffrent de nombreuses pathologies. Privés d’exercice essentiel pour le développement osseux, ils souffrent souvent de problèmes de locomotion. La litière n’est généralement pas changée durant la durée de vie des animaux et devient progressivement humide et chargée en ammoniac provenant des excréments. Le contact prolongé avec cette litière provoque souvent des inflammations cutanées chez les poulets.

Pattes déformées et cœur défaillant

Sélectionnés pour un rythme de croissance très élevé, ils atteignent leur poids d’abattage entre 38 et 40 jours (soit âgés de moins de 6 semaines). Deux fois plus rapidement qu’il y a 30 ans.

Ce rythme rapide est souvent associé à des problèmes de locomotion et des problèmes cardiovasculaires et respiratoires : le muscle grandit rapidement mais pas la structure des pattes, du cœur et des poumons. Des millions de poulets de chair souffrent de douloureuses déformations des pattes voire de paralysie ; ne pouvant se déplacer jusqu’aux mangeoires, certains meurent de faim ou de soif. D’autres meurent de problèmes cardiaques avant même d’atteindre leur âge d’abattage.

En 30 secondes, découvrez les 39 jours de vie d'un poulet de chair industriel en vidéo.

Des famines chroniques chez les poulets reproducteurs

Les conditions de santé des poulets de chair sont telles que beaucoup ne pourraient pas atteindre l’âge pubère de 18 semaines. C’est un sérieux problème dans le cas des poulets reproducteurs. Ces reproducteurs doivent non seulement vivre jusqu’à l’âge adulte mais également rester en assez bonne santé pour se reproduire. La solution pour ralentir leur croissance ? Les nourrir avec des rations très limitées, 25% à 50% de ce qu’ils mangeraient s’ils avaient un libre accès à la nourriture. Les reproducteurs, frustrés et stressés, souffrent chroniquement de la faim.

Conséquences pour la santé humaine

Les méthodes d’aviculture intensive ont contribué à l'apparition et à la propagation de maladies telles que la grippe aviaire, avec des conséquences mortelles pour l’Homme. Les poulets issus de l’élevage intensif sont aussi une cause commune d'intoxication alimentaire par les bactéries (salmonellose, campylobacter). Des antibiotiques sont également utilisés en grandes quantités pour prévenir et combattre des maladies liées aux conditions d’élevage intensives qui affaiblissent leur système immunitaire. Non seulement on traite les symptômes et non la cause de ces maladies, mais l'utilisation excessive des antibiotiques contribue à l'apparition de bactéries qui leur sont résistantes.

Agissez contre l’élevage intensif des poulets de chair

Votre pouvoir de citoyen peut faire changer ces modes de production :


Partager cette page

Recevez notre lettre d'info