Viandes de France : l'essentiel est absent

19 février 2014

logo viandes de France

Les filières de l’élevage ont présenté avec le soutien du Ministère de l’Agriculture un nouveau logo Viandes de France, un engagement volontaire pour indiquer, sur les produits frais et plats cuisinés, l’origine des viandes utilisées.

Un logo sans ambition au delà de l’origine

En France, 99% des lapins sont élevés de façon intensive dans des cages sans aménagements et plus de 90% des cochons sont élevés en bâtiment fermés, sur des sols en béton nu, soumis à des mutilations douloureuses. Ce type d’élevage dit « hors sol » est également celui de plus de 80% des poulets français. Si nous sommes favorables aux initiatives qui visent une meilleure transparence, nous déplorons que cette initiative, à grand renfort de publicité, puisse induire en erreur les consommateurs quant à d’éventuels critères qualité ou bien-être animal en plus de l’origine. 

Des affirmations trompeuses et des engagements inexistants

Selon le dossier de presse accompagnant le lancement du logo et les déclarations du  Ministre de l'Agriculture, Viandes de France offrirait la garantie de modes de production respectant le bien-être animal. Or les cahiers des charges des différentes filières Viandes de France ne contiennent aucun critère relatif au respect du bien-être animal au-delà de la règlementation minimale applicable en France et en Europe à tous les élevages. Plus inquiétant encore, pour certaines filières, comme la filière porcine, il ne garantit même pas le respect des normes minimales. Par exemple, la Directive Porcs entrée en vigueur en France en 2003 est encore en grande partie ignorée dans la majorité des élevages de porcs français (pas de matériaux manipulables, coupes systématiques des queues).

La nécessité d’un étiquetage sur le mode d’élevage

Pour CIWF France, la valorisation des productions française doit avant tout passer par l’assurance que l’origine France répond aux réelles préoccupations des consommateurs, incluant la prise en compte de bonnes conditions d’élevage, pour leurs impacts en terme de qualité nutritionnelle, de santé, d’impact sociaux, de respect de l’environnement, et de bien-être animal.

Les consommateurs sont de plus en plus attentifs aux conditions d’élevage et le respect du bien-être animal est une réelle attente de notre société. Une étude de juin 2013 indique que le bien-être animal est important pour 80% des français, lorsqu’ils choisissent leurs produits carnés et laitiers. De même, 92% souhaite que l’étiquetage du mode d’élevage qui existe aujourd’hui pour les œufs soit étendu aux autres produits issus d’animaux.

Agathe Gignoux, Chargée d'affaires publiques

C’est pourquoi au-delà de l’origine, il est nécessaire d’informer sur le mode d’élevage. L’étiquetage selon le mode d’élevage permet par une meilleure information du consommateur, objective et pertinente, d’assurer une véritable traçabilité, garantissant non seulement la protection des consommateurs, mais également la transparence de la chaine alimentaire.


Partager cette page

Tags
comments powered by Disqus