Search icon

Abattoir : encore un scandale accablant

News Section Icon Publié 29/03/2016

L’association L214 révèle de nouveaux cas de maltraitances dans un abattoir des Pyrénées-Atlantiques. CIWF dénonce ces actes de cruauté intolérables et réitère ses demandes au Ministre de l’agriculture et au 1er ministre pour qu'enfin une réponse à la hauteur de la situation soit apportée.


Un agneau écartelé vivant, des bovins mal étourdis, des animaux frappés à coup de pied… ces horreurs se déroulent à l’abattoir intercommunal de Soule, à Mauléon-Licharre au Pays Basque. Un mois après le scandale de l’abattoir du Vigan et cinq mois après celui d’Alès, tous deux situés dans le Gard, une nouvelle vidéo tournée en caméra cachée en mars 2016 vient d’être révélée par l’association L214.

Sur ces images choquantes, on peut voir des actes de cruauté perpétrés sur des agneaux de lait, des veaux et des bovins.

Des scènes insoutenables

La vidéo montre clairement de nombreuses infractions à la réglementation encadrant la mise à mort des animaux, qui leur ont entraîné des souffrances supplémentaires.

Vidéo - Attention, images choquantes.

A la suite à ces révélations, le maire de Mauléon, Michel Etchebest, a fermé l’établissement « pour une durée indéterminée, à titre conservatoire » afin qu’une enquête puisse faire la lumière sur ce nouveau scandale.

Des infractions récurrentes

Les dysfonctionnements dans les abattoirs ne sont pas nouveaux. Ils sont régulièrement et depuis des années dénoncés et remontés au ministère, soit par les associations de protection animale, soit par les services d’inspection de la Commission européenne. Le dernier rapport de l’Office alimentaire et vétérinaire sur l’évaluation du bien-être animal lors de l’abattage en France, publié en septembre 2015, révèle d’importants manquements à la législation sur la protection des animaux lors de l’abattage.

Des actions nécessaires, et toujours attendues

CIWF a récemment envoyé une lettre au Premier ministre avec d'autres organismes de protection animale, pour lui demander de se saisir de cette question. Alors que les scandales s’enchaînent, les réponses du Ministre de l’Agriculture et du 1er Ministre sont décevantes.

Les infractions et problèmes en abattoir doivent enfin être traités. 

CIWF exige que des mesures fortes et concrètes soient enfin prises par le gouvernement pour que cesse cette cruauté envers les animaux d’élevage dans les abattoirs. Parmi les mesures urgentes à prendre, nous demandons :

  • La prise de sanctions pénales dissuasives à l’encontre des abattoirs dénoncés par L214 ainsi que des abattoirs visités par l’OAV présentant des infractions.
  • Le renforcement en urgence des procédures d’inspection des abattoirs.
  • Une formation régulière et de qualité à la manipulation des animaux par les employés des abattoirs.
  • L'obligation d'un contrôle vétérinaire au poste de mise à mort.
  • La mise en place de vidéo-surveillance.

Nous pouvons cependant souligner deux nouvelles positives :

  • l’Assemblée nationale a validé le 22 mars dernier la création d’une commission d’enquête parlementaire « sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français ».
  • En réaction à ce nouveau scandale, Stéphane Le Foll vient d’ordonner aux préfets des inspections dans tous les abattoirs français d'ici un mois.