Search icon

Broyage des poussins mâles : bientôt une solution ?

News Section Icon Publié 01/04/2016

Qu’ils proviennent d’élevages bio, plein air ou intensifs, le sort des poussins mâles est toujours le même dans l’industrie de l’œuf : ils sont abattus à l’âge d’un jour. Des recherches encourageantes laissent espérer une nouvelle solution : l’identification du sexe des poussins avant leur éclosion.


La plupart des producteurs d'œufs utilisent désormais des souches spécifiques optimisées pour la ponte. Les poussins mâles de ces espèces n’étant pas adaptés pour la production de viande, ils n'ont aucune valeur économique et sont donc abattus juste après leur éclosion. Seuls les poussins femelles sont gardés. Plus de 40 millions de poussins mâles sont donc ainsi éliminés chaque année en France.

CIWF préconise l’élevage de races mixtes, à croissance lente, qui permet aux mâles d’intégrer la filière viande au lieu d’être broyés ou gazés dès leur 1er jour de vie. Mais le recours à des races mixtes où les femelles sont gardées pour produire des œufs et les mâles élevés pour leur viande, est rare. Nous travaillons par exemple avec Coop Suisse qui teste une telle race de poule et à qui nous avons remis un Trophée en 2015.

Une solution contre le broyage des poussins mâles : l’identification des embryons

D’autres méthodes ont été testées avec des résultats très variés tant en matière de bien-être animal que d’efficacité (spectroscopie, détectage du sexe par reconnaissance de la couleur des plumes en éclairant la coquille…) Une solution intéressante est en cours d’élaboration. Elle permettrait de déterminer le sexe des poussins bien avant leur éclosion et donc, avant qu’ils soient sentients. Plusieurs entreprises s’engagent dans ces recherches, dont Unilever qui finance la recherche de technologies pour éviter l'élimination des poussins mâles.

Le projet SOO, quant à lui, piloté par l’entreprise TRONICO a été primé cette année au Salon International de l’Agriculture. Son objectif : détruire les embryons mâles avant que ceux-ci ne soient sentients, en définissant de façon non intrusive le sexe des embryons durant la phase de couvage. Des procédés similaires sont à l’étude notamment dans un laboratoire de recherche allemand. Le repérage des mâles avant éclosion ne coûterait que 1 à 2 centimes d’euros par œuf*, selon les calculs du ministère de l’Agriculture de Basse-Saxe. Des projets à suivre, qui pourraient permettre de mettre prochainement fin au calvaire des poussins mâles.

Quand les embryons deviennent-ils sentients ?

D’après Mellor and Diesch, 2007**, il n’y a pas d’activité détectable à l’électroencéphalogramme dans l’œuf avant 13 ou 14 jours. Des pics d’activités intermittentes apparaissent au jour 15. Ils deviennent plus soutenus et augmentent en amplitude à partir du jour 17. Le principe de précaution nous impose de nous en tenir à cette certitude : un embryon non éclos reste inconscient au moins jusqu'à la fin du jour 14.Par conséquent, la destruction d’embryons peut certes poser des problèmes éthiques pour certains, mais il est peu probable qu’avant 14 jours cela pose des problèmes de bien-être animal.

* http://www.liberation.fr/planete/2016/03/31/l-allemagne-va-continuer-a-broyer-les-poussins-males_1443049

**Mellor, D.J. and Diesch, T.J., 2007. Birth and hatching: Key events in the onset of awareness in the lamb and chick. New Zealand Veterinary Journal 55 (2), 51-60.