Search icon

Une fuite confirme les craintes au sujet du TAFTA

News Section Icon Publié 10/05/2016

La semaine dernière, Greenpeace a divulgué des documents du TAFTA, détaillant des négociations entre l’Europe et les États-Unis au sujet de l’accord sur le libre échange.

Les documents divulgués abordent des sujets extrêmement controversés, dont la coopération en matière de réglementation, l’alimentation, l’agriculture et les problèmes de santé publique.


Des préoccupations justifiées

Depuis que les négociations ont commencé, nous nous inquiétons de savoir si les réglementations concernant le bien-être animal, l'environnement et la sécurité alimentaire -sujets actuellement pris en compte en Europe-, pourraient être menacés par un éventuel accord. En effet, nous avons peur que nos normes soient sacrifiées pour permettre à la nourriture produite aux États-Unis selon des standards plus bas, de conquérir le marché européen.

Le manque de transparence qui entoure ces négociations ne nous permet pas de savoir si nos préoccupations sont fondées, mais une première analyse des textes ayant fuités indique des différences fondamentales sur la manière d’aborder la sécurité alimentaire et révèle un manque de volonté des États-Unis d’inclure des dispositions sur le bien-être animal dans les accords commerciaux.

L’agriculture européenne a été identifiée comme le domaine clef qui serait perdant dans cet accord. Avec un focus moins important sur le bien-être animal, les normes existantes peuvent être abaissées et toute future législation gelée ou abandonnée, ce qui conduirait une nouvelle fois à une intensification de la production animale des deux côtés de l’Atlantique.

Un système d’alimentation sûr et juste ?

A la lumière des textes qui ont fuité, il est impératif que la Commission européenne défende la réglementation européenne actuelle, pour ne pas ébranler les progrès déjà réalisés dans des domaines tels que le bien-être des animaux d’élevage. Les négociateurs européens ont une énorme responsabilité vis-à-vis des citoyens européens et plus encore. Si la Commission n’est pas à la hauteur, le TAFTA et les traités similaires devraient simplement être rejetés. Le commerce est un moteur important pour l’emploi et l’amélioration de notre niveau de vie, mais uniquement s’il est utilisé pour développer un système alimentaire sûr et éthique. Il ne doit pas être une excuse pour revenir sur des acquis.

CIWF travaille chaque jour pour assurer un avenir meilleur aux animaux d’élevage dans le monde entier. Vous pouvez envisager de faire un don aujourd’hui pour nous aider à arrêter l’élevage industriel – la plus grande forme de cruauté au monde envers les animaux.