Search icon

Les antibiotiques, ça ne devrait pas être automatique

News Section Icon Publié 15/11/2016

Du 14 au 20 novembre 2016 se tient la semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques, organisée par l'OMS afin de mieux faire connaître le phénomène mondiale de la résistance aux antibiotiques. L’usage massif des antibiotiques pour les animaux d'élevage contribue à l'émergence d'une résistance aux antibiotiques pour les êtres humains. Et les prévisions sont alarmantes : d'ici à 2050, la résistance aux antibiotiques pourra tuer une personne toutes les 3 secondes. CIWF appelle le gouvernement français à mettre fin à cet usage irresponsable des antibiotiques.

L’efficacité des antibiotiques est en danger

L'utilisation systématique d'antibiotiques - en particulier pour les porcs et les poulets - a souvent pour but de compenser le fait que les animaux sont élevés dans des conditions intensives, où le risque de maladie est élevé. Cela aboutit à ce que des groupes entiers d'animaux, malades ou sains, reçoivent des traitements antibiotiques de manière préventive, pour maintenir les animaux en bonne santé.

Cet usage des antibiotiques est irresponsable. Il favorise le développement de super-bactéries résistantes aux antibiotiques qui mettent en danger notre santé, et permet artificiellement à des systèmes d’élevage inhumains de perdurer.

De bonnes conditions d’élevage avec une bonne prise en compte du bien-être animal permettent d’améliorer la santé animale et réduire le recours aux traitements médicamenteux.

La situation en France


En France, environ 85% des antibiotiques utilisés en élevage sont donnés en traitement de masse, c'est à dire dans l’alimentation ou l’eau des animaux. Les volailles, les cochons, les lapins et les veaux sont les plus gros consommateurs d’antibiotiques, en particulier avant le sevrage.

Pourtant, en 2014, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation a recommandé de mettre un terme à l’usage préventif en routine d’antibiotiques, et de n’en permettre l’usage à des groupes d’animaux qu’en cas de risques avérés d’épidémie. Mais cette recommandation n’est toujours pas mise en œuvre en France.

Le gouvernement français doit prendre des mesures énergiques pour :

  • Ne plus autoriser l’usage d’antibiotiques en masse, pour les animaux malades comme en bonne santé, via l’alimentation ou l’eau.
  • Garantir qu’aucun antibiotique « critique » ne puisse être utilisé en préventif ou en groupe en élevage.
  • Améliorer la santé et le bien-être des animaux et encourager des modes d’élevage moins intensifs, afin de réduire le besoin d’utiliser des antibiotiques.

Demandez aux Ministres de la Santé et de l’Agriculture de prendre des mesures pour SAUVER NOS ANTIBIOTIQUES.