Search icon

Élevage biologique et bien-être animal RSS Feed

Auteur : Philip Lymbery, Directeur de CIWF International

Récemment, je me suis senti obligé d'écrire au quotidien The Guardian suite à un article de Julian Baggini qui mettait en doute le fait que les normes de l'élevage biologique entraînent un bien-être plus élevé. Je voulais établir clairement qu'à mon avis, il existe de bonnes raisons de penser que c'est le cas. J'ai le plaisir de voir que mon commentaire a été publié dans le journal d'aujourd'hui, et j'ai pensé qu'il valait la peine d'être publié ici aussi.

Donc, au Royaume-Uni et en Europe au moins, quelles sont les raisons qui suggèrent que le bio signifie un bien-être plus élevé ?

En premier lieu, les exigences en matière de bien-être sont plus sévères. Par exemple, les règles de la Soil Association, un important organisme de normalisation biologique au Royaume-Uni, exigent que les vaches aient accès à des pâturages. Ainsi, acheter du lait bio est une façon de s'assurer que les produits laitiers sont issus d’élevage aux pâturages. Les poules pondeuses vivent toute leur vie en plein air. Les œufs de la Soil Association viennent de poules dont les becs n'ont pas été épointés. Les porcs bio britanniques ne subissent pas de mutilations telles que la coupe de la queue ou le rognage des dents. Les règles du bio de l'UE exigent que les porcelets restent plus longtemps avec leur mère, ce qui réduit les problèmes sanitaires et le besoin d'antibiotiques. Ce ne sont que quelques exemples.

Un animal en bonne santé devrait avoir besoin de peu, voire pas, d'antibiotiques. Les antibiotiques sont utilisés par les éleveurs bio pour soigner des animaux malades. La différence importante, dans l'élevage bio, est que les antibiotiques ne sont pas utilisés de façon systématique, à l'inverse de l'élevage intensif où ils sont souvent utilisés à l'appui d'un système fondamentalement malsain. La base d'un bon élevage, élevage bio compris, veut que les antibiotiques soient un secours, pas un élément habituel d'un arsenal destiné à contrôler la maladie chez des animaux dont les systèmes immunitaires sont affaiblis par le stress de l'élevage industriel.

Outre les règles de bien-être, la Soil Association, la RSPCA et des chercheurs de premier plan inventent des méthodes pratiques pour mesurer les résultats du bien-être, comme les boiteries chez les vaches et le picage des plumes chez les poules. Ceci contribuera à mieux garantir que des systèmes respectant un bien-être plus élevé permettent vraiment aux animaux d'avoir de meilleures vies dans la pratique également.

Pour toutes ces raisons, les normes bio de la Soil Association l'ont récemment emporté dans l'analyse des normes de bien-être de CIWF. Bien sûr, il existe des programmes et des systèmes non biologiques dont la prise en compte du bien-être animal est bonne – les élevages traditionnels en plein air ou en liberté par exemple. Les acheteurs qui veulent faire des choix alimentaires garantissant un bien-être des animaux plus élevé devraient y inclure les produits biologiques.