Search icon

Les poussins font des maths RSS Feed

Des chercheurs ont découvert que les poussins, âgés de trois jours seulement, sont capables d'additionner et de soustraire des petits chiffres... pas si bête !

Les poussins ne sont certes pas encore capables de résoudre des équations à deux inconnues, mais des recherches récentes ont montré qu'ils sont dotés d'une « compétence numérique non verbale ». Cela signifie que les poussins peuvent se représenter des petits nombres (1, 2, 3 ou 4), savoir que 4 est plus grand que 2 et que 1+1+1 est plus grand que 1+1 ; sans jamais se le « dire »  avec des mots, comme le font les humains adultes.

Comment les scientifiques l'ont-ils découvert ?

Ils se sont d'abord rendus compte qu'en proposant à un poussin deux gamelles, l'une avec 4 graines et l'autre avec 1 graine, le poussin se dirige systématiquement vers la gamelle avec 4 graines. Jusque-là tout va bien. Dans un deuxième temps, ils ont présenté ces deux gamelles au poussin, au travers d'une vitre. Un petit écran noir a ensuite été placé devant chacune des gamelles : le poussin ne peut plus voir son contenu. Un expérimentateur prend alors une graine dans la gamelle 4 (avec 4 graines) et la place dans la gamelle 1, tout en montrant bien au poussin le déplacement de la graine. On répète l'opération, et, au final, on a la première gamelle (qui avait initialement quatre graines) qui n'en a plus que deux, et l'autre gamelle qui en contient maintenant 3. Sans enlever les écrans noirs (le poussin ne peut toujours pas voir les gamelles), le poussin est lâché. Surprise ! Il se dirige alors vers la deuxième gamelle ! Il a donc évalué que 4-1-1 est plus petit que 1+1+1.

Cette capacité mathématique avec les petits nombres était déjà connue chez les grands singes et les bébés humains qui, vers l'âge de six mois, savent également comparer des plus grands nombres, dès lors que l'un est le double de l'autre (ils distinguent 12 de 6 mais pas 12 de 8).

Cette découverte, chez de très jeunes poussins, nous montre encore une fois que nous partageons beaucoup avec les bêtes, qui portent décidément bien mal leur nom !

Auteur : Aurélia