Search icon

L'étiquette Bien-être animal

En 2018, l’enseigne Casino, en partenariat avec CIWF France et deux organisations de protection animale, la LFDA et l’OABA, a lancé le premier étiquetage sur le bien-être animal en France. Très rapidement, plusieurs autres acteurs ont rejoint la démarche qui s'est généralisée. On trouve désormais des poulets étiquetés partout en france.

C’est désormais 40% de la grande distribution française qui s’engage à informer le consommateur sur les modes d’élevage et le bien-être animal de leurs poulets !

L'association Etiquette Bien-être animale a depuis été créée pour porter le projet et accueillir de nouveaux acteurs. 

Bandeau 5 Etiquettes

Une démarche pionnière en France

Pour la 1ère fois en France, il est possible de choisir des produits en ayant une information claire et fiable sur les critères de bien-être animal. Une démarche pionnière en France.

Les premiers produits étiquetés ont été les poulets de la marque Terre & Saveurs de Casino dès décembre 2018. 

Rapidement, les Fermiers de Loué, Les fermiers du Sud Ouest et Avigers ont rejoint la démarche, suivis début 2020 par l'association Welfarm, deux distributeurs Carrefour et les magasins U et Galliance. Cet étiquetage pourrait concerner plus de 80 millions de poulets par an, soit environ 10% de la production totale annuelle de poulets de chair en France.

Un succès rapide qui montre le besoin urgent de renseigner les consommateurs de façon claire et objective.

Des niveaux de A à E

Au total, plus de 230 critères sont évalués pour définir un niveau, de A pour le plus élevé à E pour les produits standards. Cet  étiquetage prend en compte l’ensemble de la vie de l’animal : de la naissance, aux  conditions d’élevage aux conditions de transport et d’abattage.

Tableau Etiquetage

Les niveaux A, B et C garantissent une amélioration significative du bien-être animal. Les niveaux D et E correspondent aux produits qui n’apportent pas de garanties suffisantes en termes de bien-être animal. Les critères sont vérifiés par des contrôles externes indépendants réalisés chaque année, à toutes les étapes.

Un pictogramme vient compléter l'information pour indiquer le mode d'élevage (exemple en bâtiment ou accès à l'extérieur).

Cet étiquetage permet d’encourager les consommateurs à privilégier des achats plus respectueux du bien-être animal et de valoriser le travail des éleveurs engagés sur le sujet.

Il s’inscrit dans une volonté d’améliorer les pratiques d’élevage, de transport et d’abattage  et de renforcer la transparence sur les produits vendus en donnant une information claire et fiable aux consommateurs sur le niveau de bien-être animal et le mode d'élevage associé aux produits qu’ils achètent. 

Loue Etiquette2

Etiqueter du standard jusqu'au bio

Pour CIWF, il est déterminant dans cette initiative que les produits standards soient également étiquetés. C’est un  véritable étiquetage informatif sur le bien-être animal, non pas un label. Il est conçu pour être appliqué à l’ensemble de l’offre en poulet –du standard au bio– c’est un point clé pour CIWF, car c’est cette transparence qui permettra de réellement influencer les comportements d’achats des consommateurs.

Une association pour porter le projet

Quatre ONG de protection animale (LFDA, CIWF, OABA, Welfarm), trois distributeurs majeurs (le groupe Casino, le groupe Carrefour, les magasins U) et plusieurs grands producteurs de volailles (Les Fermiers de Loué, Les Fermiers du Sud-Ouest, Galliance) font désormais partie de l’Association Etiquette Bien-Etre Animal (AEBEA) qui porte le projet d'étiquette Bien-être animal.

Nous travaillons désormais avec l'Association Etiquette Bien-Etre Animal à élaborer un autre référentiel d’étiquetage pour le porc. 

A quand un étiquetage obligatoire ?

Environ 80% des animaux élevés en France sont dans des élevages intensifs, et beaucoup l’ignorent. Les étiquettes ne renseignent pas sur le mode d’élevage et peuvent même parfois induire en erreur (produit de nos campagnes, à l’ancienne, du terroir...). 

Cette initiative d'étiquetage montre l’exemple. Elle montre aux décideurs publics que c’est possible et que les Français demandent plus de transparence sur les conditions d’élevage. En effet, 96% des Français sont favorables à un étiquetage des viandes et des produits laitiers selon le mode d’élevage[1].

Si nous n’avons pas obtenu dans le cadre de la loi Agriculture un étiquetage obligatoire du mode d’élevage, votre mobilisation depuis les débuts des Etats Généraux de l’Alimentation a fait avancer notre message auprès des acteurs privés ! Ensemble, petit pas par petit pas, nous avançons vers un meilleur étiquetage des produits issus de l’élevage.

 Pour en savoir plus : www.etiquettebienetreanimal.fr

 

[1] Sondage du projet CASDAR ACCEPT 2014-2017

Globe

Vous utilisez un navigateur obsolète que nous ne prenons pas en charge. Veuillez mettre à jour votre navigateur pour améliorer votre expérience et votre sécurité.

Si vous avez d'autres questions à ce sujet ou pour toute autre question, veuillez nous contacter à l'adresse suivante: infofrance@ciwf.fr. Notre objectif est de répondre à toutes les questions dans un délai de deux jours ouvrables. Cependant, en raison du volume élevé de correspondance que nous recevons, cela peut parfois prendre un peu plus de temps. S'il vous plaît, supportez-nous si c'est le cas. Si votre demande est urgente, vous pouvez également nous contacter au 01 79 97 70 50  (lignes ouvertes du lundi au vendredi de 9h à 17h).