Les scandales sur la viande de cheval s'enchainent

18 décembre 2013

cheval

Nouveau scandale sur la viande de cheval

Moins d'un an après l'affaire Spanghero, un nouveau scandale sur la viande de cheval éclate. Plus de 200 chevaux déclarés impropres à la consommation se sont retrouvés dans les assiettes des consommateurs. Cette actualité relance le débat sur la transparence de notre chaine alimentaire et sur l'étiquetage des produits d’origine animale qui permettrait une meilleure visibilité sur les produits alimentaires.

Des animaux victimes d'un trafic

Nous apprenons que des centaines de chevaux ayant été utilisés dans le cadre d'expériences scientifiques entre 2010 et 2012 se sont retrouvés dans un abattoir de l'Aude avec des documents falsifiés et mis dans la filière alimentaire. D'autres chevaux, issus de centres équestres ou de particuliers, traités avec des antibiotiques et illicites à la consommation, ont également été introduits dans la chaine alimentaire. Cette fraude démontre ainsi un véritable problème sanitaire et les risques afférents à un système alimentaire complexe et opaque.

Ces chevaux dotés d'une puce garantissant leur traçabilité, n'étaient pas destinés à l'alimentation humaine. Néanmoins, ils ont été frauduleusement placés dans la filière alimentaire mettant par la même occasion en danger la santé des consommateurs. Les chevaux testés par les laboratoires pourraient contenir des substances en cours de test et non validées par les autorités, et donc se révéler dangereuses en cas de consommation.

Cette actualité met en exergue la nécessité d'agir pour une plus grande transparence des modes de production de notre alimentation. Le système alimentaire a besoin d'être réformé pour garantir plus de sécurité pour les consommateurs.

Pour une réglementation de l'étiquetage des produits alimentaires

Plus de 60% des Français estiment manquer d'informations sur la qualité des produits qu'ils achètent, selon une enquête menée par Ipsos et RESPECT'in sur les Français et la confiance alimentaire publiée en novembre 2013. CIWF fait camapgne pour que les viandes et les produits laitiers bénéficient d'un étiquetage clair et simple du mode d’élevage des animaux en plus de l'origine. Sans information, les consommateurs ne peuvent pas choisir en toute connaissance de cause les produits qu’ils consomment.


Partager cette page

Tags