Ferme-usine des 1000 vaches : mise en demeure

09 juin 2015

1000vaches

© Jean Michel ANDRE/REA

Suite à un effroyable témoignage d’un ex-salarié de la ferme-usine des 1000 vaches, et à un contrôle du site effectué par les inspecteurs des installations classées agricoles et de la santé et de la protection animale, cet élevage va être mise en demeure par la préfecture de la Somme.

Reporterre a publié le 8 juin un effroyable témoignage d’un ex-salarié de la ferme-usine des 1000 vaches, qui dénonçait des conditions épouvantables pour les vaches et les salariés. Selon ce témoin, les animaux sont en très mauvaise santé : « Dans le troupeau, il y a au moins 300 vaches qui boitent. Elles sont fatiguées, maigres. Elles ont des ongles trop longs ou des sabots qui pourrissent. Elles marchent à longueur de journée dans leurs excréments. »

Les soins apportés aux vaches laisseraient également à désirer. Toujours selon l'ex-salarié « Dans un élevage normal, quand une vache boite, on regarde ce qu’elle a. Mais là, on ne regarde pas quel est le problème. Les responsables ne veulent pas mettre de produit pour soigner les bêtes, parce que ça coûte cher et que c’est du boulot. »

« Ce qui frappe d’abord, c’est l’état des vaches : épuisées, elles tombent de fatigue, elles sont amorphes, comme mortes, sans réaction. Elles ne réagissent pas aux gestes qu’on fait près d’elles et auxquels elles réagissent normalement. On doit utiliser un pince hanche pour les relever quand elles ne le peuvent plus ; au moins deux vaches tombent par semaine. On utilise aussi ces pinces quand elles se trouvent coincées dans leur logette et ne peuvent plus en sortir. »

Suite à ce témoignage accablant assorti de nombreuses photos, la préfecture de la Somme a ordonné un contrôle de l’élevage. Ce contrôle a confirmé de nombreux points dénoncés par l’ex-salarié : près de 800 vaches au lieu des 500 autorisées, des vaches maigres, de nombreuses boiteries… L’intégralité des constatations des inspecteurs est disponible en ligne.

La ferme-usine dispose de 7 jours pour faire part de ses observations sur les constats effectués lors du contrôle. A l’issue de ce délai, un arrêté de mise en demeure sera pris pour que l’exploitation se mette en conformité avec l’autorisation dont elle dispose. Elle encourt des sanctions administratives, voire pénales, en cas de non-respect des règles.

Nous suivons de près ce dossier et faisons de notre mieux pour obtenir la fermeture de cette ferme-usine qui n'aurait jamais dû ouvrir. Nous vous tiendrons informés de toute avancée.


Partager cette page

Tags