Search icon

Nouvel an, nouvelle vie : le "régime" qui fonctionne

News Section Icon Publié 22/01/2016

La frénésie des régimes post-nouvel an bat son plein et nous sommes nombreux à adopter des régimes farfelus dans notre quête d’une meilleure santé. Mais la majorité d’entre nous faiblira avant la fin du mois. Découvrons un « régime » capable de durer.


Après les excès des fêtes, ces premiers jours gris de janvier, synonymes de culpabilité, sont souvent marqués par une frénésie de bonnes résolutions et une privation enthousiaste. Malheureusement, ces promesses s’avèrent bien difficiles à tenir, et particulièrement en matière d'alimentation : entre le froid et l'obscurité, la nourriture peut vite devenir une source de réconfort.

Mais si vous choisissiez d’opter pour un régime qui privilégie le plaisir et d’oublier rigueur, déni et privation, qui sont souvent l’apanage des régimes traditionnels, pour instaurer une approche plus modérée et plus souple ? Tout à coup, l’idée de tenir sur le long terme n’est plus si effrayante… et même tout à fait envisageable.

 

Le « régime » qui dure

De quoi parle-t-on ? D’une nouvelle génération de régimes « à mi-chemin », qui n’impliquent aucun décompte de calories. En général, ils encouragent une baisse de la consommation de viande (et le choix systématique de produits respectueux du bien-être animal) et bien plus de fruits, légumes, légumineuses, fruits à coque, céréales et alternatives à la viande. Autrement dit, vous n’abandonnez rien : il suffit de changer les proportions de votre alimentation.
Et ces méthodes font des émules. De la campagne Lundi sans viande de Paul McCartney au plan régime VB6 de Mark Bittman (qui propose un régime végane avant 18h tous les jours), les célébrités s’y mettent à leur tour.
Bien que les routines varient d’un régime à l’autre, ils ont une philosophie commune : ils considèrent la viande et le poisson provenant de filières responsables comme un repas de fête à savourer de temps en temps et non au quotidien. Et la puissance de ce message tient aussi à son impact sur notre monde : si suffisamment de personnes retirent la viande de leurs repas pendant quelques jours, semaines et même quelques mois, de nombreux problèmes sociaux et environnementaux liés à la surconsommation de viande pourront être atténués, voire éradiqués.

La triste vérité

Malheureusement, quand il s’agit de notre santé, les preuves sont incontestables. Notre appétit pour la viande bas de gamme, issue de l’élevage intensif, est à l'origine de problèmes de santé publique allant de l’obésité et des maladies du cœur au diabète et à certains cancers.
Tout cela parce que la viande issue d’élevages intensifs contient, selon les études, des taux plus élevés en graisses saturées et plus faibles en nutriments clés par rapport aux alternatives plus respectueuses. Mais ce n’est pas tout : en octobre dernier, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que la viande transformée était cancérogène pour l’être humain, concluant que la viande rouge l’était « probablement » aussi. En d’autres mots, nous devons tous en réduire notre consommation.

Pas une lubie

Il est intéressant de constater que les écologistes informés, les ardents défenseurs des animaux et les fadas de l’alimentation saine ne sont pas seuls à promouvoir les repas moins riches en viande. Loin des stéréotypes, des personnes de tous horizons s’y intéressent, grâce, entre autres, au vaste choix de délicieuses recettes sans viande disponibles dans les livres de recettes et sur les blogs. Nous sommes tous submergés de sources d’inspiration.
En réalité, les champions du style de vie à faible consommation de viande viennent de milieux plutôt inattendus, comme le double champion olympique Mo Farah, qui remplace régulièrement la viande par des protéines Quorn, ou l’armée norvégienne, qui a introduit des plats d’origine végétale un jour sur sept.
Selon le responsable du service d’alimentation de l’armée :
« Nous voulons nous préoccuper davantage du climat, être plus responsables sur le plan environnemental et en meilleure santé. »

Pour conclure, si vous cherchez une meilleure alimentation, et pas seulement pour le mois de janvier, il est peut-être temps d’oublier les régimes et cures de désintoxication à la mode et de vous dire que manger moins de viande est un choix de vie plus simple, plus durable et tout aussi agréable. Tout en préservant votre santé et l’environnement, ce sera un geste de compassion envers les milliards d’animaux élevés (pour la plupart dans des fermes-usines !) dans le monde chaque année. Lancez-vous !

Avez-vous pris des résolutions concernant votre alimentation cette année ? Dites-le-nous sur Twitter ou Facebook.

%MCEPASTEBIN%