Search icon

Abattoir du Vigan : un scandale de plus

News Section Icon Publié 23/02/2016

Après le scandale d’Alès, le scandale du Vigan. Alors qu’en octobre 2015 déjà nous dénoncions avec 10 autres associations les manquements et infractions dans les abattoirs français et exigions de véritables changements, aujourd’hui, un autre scandale prouve que rien n’a changé dans les abattoirs français.

Cette enquête de L214 dévoile des infractions gravissimes à la réglementation sur la protection des animaux lors de l’abattage ainsi que des agissements révoltants qui sont de véritables actes de cruauté. On y voit des moutons violemment jetés contre l'un des enclos de l'abattoir ; des employés riant en électrocutant des cochons avec la pince d'électronarcose ; des animaux mal étourdis, encore conscients lorsqu'ils sont suspendus puis saignés ; un porcelet qui se détache à plusieurs reprises de la chaîne d'abattage ; du matériel défaillant ou inadapté et des inspecteurs vétérinaires absents.

Les cas d’Alès et du Vigan ne sont malheureusement pas des cas isolés. Le dernier rapport de l’OAV (Office Alimentaire et Vétérinaire) publié en septembre dernier révélait déjà d’importants manquements à la législation française sur la protection des animaux lors de l’abattage (usage de matériel non adapté, non vérification de signe de vie ou de conscience, courants électriques en dessous des normes minimales exigées pour l’étourdissement…).

Au lendemain de la découverte des pratiques dans l’abattoir d’Alès, CIWF avait adressé au Ministre de l'agriculture un courrier co-signé avec 10 autres associations, dans lequel nous demandions de « prendre de toute urgence de sérieuses mesures pour mettre un terme aux trop nombreuses infractions des opérateurs abatteurs et aux manquements de la France à ses obligations de faire appliquer le Règlement 1099/2009 et améliorer la protection des animaux à l’abattage ». Dans sa réponse datant du 9 février, le ministre de l’Agriculture indique avoir appelé dès le mois de novembre les Préfets à la plus grande vigilance sur les conditions d’inspection des abattoirs et demandé une mobilisation des équipes d’inspection. Quatre mois plus tard, force est de constater que même les normes minimales réglementaires en vigueur ne sont pas appliquées dans l’abattoir du Vigan.

CIWF exige que des mesures fortes et concrètes soient enfin prises par le gouvernement pour que cesse cette cruauté envers les animaux d’élevage dans les abattoirs. Parmi les mesures urgentes à prendre, nous demandons :

  • La prise de sanctions pénales dissuasives à l’encontre de l’abattoir du Vigan ainsi que des abattoirs visités par l’OAV présentant des infractions.
  • Le renforcement en urgence des procédures d’inspection des abattoirs.
  • Une formation régulière et de qualité à la manipulation des animaux par les employés des abattoirs.
  • L'obligation d'un contrôle vétérinaire au poste de mise à mort.
  • La mise en place de vidéo-surveillance.

Les infractions et problèmes en abattoir doivent enfin être traités. Nous alertons également régulièrement la Commission européenne sur ce sujet, qui a ce jour n'apporte aucune réponse satisfaisante. Nous invitons ceux qui le souhaitent à interpeller la Commission.

Agir