Search icon

Transports : 34 pays mobilisés pour dire STOP

News Section Icon Publié 30/08/2016

La 1ère journée mondiale de mobilisation contre les transports longues distances d’animaux vivants s’est fait entendre et voir dans 34 pays et dans plusieurs villes de France. Des ONG et militants se sont mobilisés lundi 29 août 2016 pour dire STOP aux transports longues distances des animaux avec un message commun « Des animaux, pas des marchandises », en mémoire du 20ème anniversaire de la plus grosse catastrophe de transport d’animaux vivants qui avait abouti à la mort de près de 70 000 animaux.

Tour Eiffel Des animaux pas des marchandises.jpg

Des animaux, pas des marchandises

Le 29 août 2016 a marqué le 20ème anniversaire d'une catastrophe qui a abouti à la mort de 67 488 moutons - la plus grosse catastrophe jamais enregistrée lors d’exportations d’animaux vivants. Le navire transportant les ovins a pris feu et a coulé dans l’océan indien. Aucun effort n'a été fait pour sauver les animaux, qui sont tous morts, brûlés, asphyxiés ou noyés. Depuis, bien d’autres catastrophes de ce type ont eu lieux dans diverses régions du globe. Plus le trajet est long, plus les risques sont grands (déshydratation, blessures, accidents…). En Europe, de nombreuses associations de protection animale s’accordent pour demander une limitation des transports à 8 heures pour les bovins, ovins et caprins, et 4 heures pour les volailles.

Une mobilisation internationale

En ce jour symbolique, partout dans le monde nous avons attiré l'attention des citoyens, des politiques et des medias sur le sort des millions d'animaux soumis à la cruauté des transports longues distances avec un seul message « Des animaux, pas des marchandises » (Animals are not freight). Dans 34 pays (France, Suède, Angleterre, Australie, Israël, Pologne, Afrique du Sud…) des dizaines d'organisations et des centaines de militants ont organisé des actions de sensibilisation pour alerter sur les transports d’animaux vivants sur de longues distances et en Europe inviter à écrire au Commissaire Européen à l’Agriculture Phil Hogan pour lui demander l’interdiction des exportations d’animaux vivants hors de l‘Union Européenne et la limitation des transports à 8 heures pour les bovins, ovins caprins et 4 heures pour les volailles. En France, de nombreuses ONG dont la Fondation Brigitte Bardot, Alsace Nature, Animal Cross, Animalsace, La Fondation Droit Animal Ethique et Sciences, L-PEA, L214, OABA, One Voice, PETA France et Welfarm, ont soutenu et relayé la campagne.

Anny-Duperey.jpg

Pour Anny Duperey « Proche de la terre et des animaux, je soutiens cette 1ère journée d’action auprès de CIWF car il est insupportable de considérer l’animal sensible comme de la viande AVANT qu’il soit mort. Poules ou moutons entassés, jeunes veaux non sevrés, animaux blessés, déshydratés… les souffrances sont multiples et intolérables. Transporter des animaux vivants sur de longues distances est inacceptable. »


Un courrier au ministre co-signé par 8 grandes ONG françaises


Un courrier co-signé par à 8 ONG dont CIWF, Fondation Brigitte Bardot, OABA, Welfarm, L214, SPA, 30 millions d’amis, LFDA est envoyé ce jour au ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll lui demandant de :

  • Soutenir une limitation des transports à 8 heures (et 4 heures pour les volailles) en France et une modification du Règlement Européen 1/2005 à cette fin ;
  • Soutenir l’arrêt des exportations hors Union Européenne et encourager le remplacement de l'exportation d'animaux vivants vers les pays tiers par des exportations de viande. Tant que ce commerce n’est pas interdit, à tout le moins, exiger dans nos accords commerciaux que les animaux exportés soient traités en conformité avec les recommandations de l'OIE sur le bien-être durant le transport et l'abattage.

Nous appelons également fermement le Ministre de l’Agriculture à prendre de toute urgence les mesures nécessaires pour mettre un terme aux manquements trop nombreux des transporteurs au Règlement 1/2005 et améliorer la protection des animaux lors des transports, incluant :

  • La vérification systématique du caractère réaliste des carnets de route par les DDPP lors de la délivrance des autorisations de transport ;
  • L’interdiction de l’autorisation de certains transports au-delà de 8 heures, puisqu’ils seront par définition en infraction au Règlement 1/2005, comme c’est notamment le cas pour les transports de jeunes animaux non sevrés ; plusieurs pays l’appliquent déjà, comme les Pays Bas ou la Slovénie ;
  • Le renforcement des contrôles des transports d’animaux vivants en France et hors de France, en application de la jurisprudence de la Cour de Justice Européenne ;
  • La mise en œuvre de sanctions pénales dissuasives à l’encontre des organisateurs et transporteurs, ainsi que de leurs donneurs d’ordre.

La France est le plus gros pays exportateur européen de bovins hors de l’Union Européenne. Le transport d’animaux vivants sur de longues distances doit cesser.

Pour Aurélia Greff, porte-parole de CIWF France « Cette journée de mobilisation fut un vrai succès. Les Français sont de plus en plus soucieux du bien-être animal et le montrent. Ils n’acceptent pas l’absurdité de transporter des animaux sur des milliers de km, dans des conditions épouvantables, pour être bien souvent abattus à l’arrivée.»


Contact presse
Claire Hincelin – claire.hincelin@ciwf.fr / 01 79 97 70 53 - 06 26 07 55 43

 

 

Télécharger :

201608DAPDM29aoutbilan.pdf (PDF Taille (0,68Mo)