Search icon

Un vote décisif sur les transports d'animaux vivants

News Section Icon Publié 13/02/2019

Jeudi 14 février, les députés européens vont voter en plénière sur le rapport Dohrmann relatif au respect du règlement sur la protection des animaux pendant le transport. Le rapport constate les nombreuses lacunes dans l'application du règlement, et propose des mesures pour améliorer le bien-être animal.  CIWF dénonce depuis de nombreuses années les dérives des transports d'animaux sur de longues distances. Ce vote est une occasion unique d'améliorer le sort des animaux transportés.

Des mesures pour remédier à la mauvaise application de la réglementation

Le rapport propose des résolutions pour réduire les transports et en améliorer les conditions. Parmi les amendements proposés pour renforcer ces propositions, CIWF invite les eurodéputés à prendre position pour les animaux et à voter pour les amendements visant :

  • à limiter la durée de transports à 8 heures et remplacer le transport d'animaux vivants par celui de carcasses (Amendements 8, 9, 16 et 20);
  • à mettre fin au transport d'animaux non sevrés, tels que les veaux âgés de 14 jours seulement, car il a été démontré qu'il est impossible de garantir le bien-être et de répondre aux besoins des animaux très jeunes durant le transport; (Amendement 19)
  • à interdire les transports d'animaux vivants lors de périodes de température élevée. (Amendement 21). Bien que le règlement n°1/2005 interdit déjà le transport d'animaux lorsque les températures sont supérieures à 30 degrés, les autorités compétentes approuvent systématiquement les trajets malgré les exigences légales en matière de température ;
  • à interdire le transport d'animaux vivants vers des pays tiers; (Amendement 22).

 

La réalité des transports longues distances

89% des Français se déclarent favorables à la limitation à 8 heures des transports d'animaux d'élevage, et plus de 2 Français sur 3 à sont opposés aux exportations d'animaux vivants hors de l'Union Européenne [i]. Les eurodéputés français vont-ils écouter leurs électeurs ?

Chaque année, près d'un milliard de volailles et 37 millions de bovins, porcs, moutons, chèvres, et équidés sont transportés vivants à l'intérieur de l'Union européenne et vers les pays tiers, à des milliers de kilomètres, pour être abattus à l'arrivée ou engraissés.

Pour Léopoldine Charbonneaux, directrice de CIWF France, « Ce rapport constate officiellement la réalité des souffrances des animaux transportés sur de longues distances que CIWF dénonce régulièrement à travers des enquêtes de terrain : la réglementation insuffisante et mal appliquée, permettant des trajets interminables avec des animaux entassés, souvent épuisés, stressés, parfois blessés ou malades. En votant des amendements pour renforcer les propositions du rapport, les députés permettront enfin d'améliorer le sort de millions d'animaux chaque année ».

Il faut mettre fin aux transports d'animaux vivants sur de longues distances et interdire les exportations d'animaux vivants hors de l'Union européenne. Les animaux doivent être engraissés et abattus aussi près que possible de leur lieu de naissance et le transport d'animaux destinés à l'abattage doit être remplacé par l'exportation de viande.

 

Contact presse  

Claire Hincelin - claire.hincelin@ciwf.fr - 01 79 97 70 53 - 06 26 07 55 43 

Télécharger :