Oui ! On peut critiquer et dénoncer l’élevage intensif.

08 février 2018

Hier après-midi, mercredi 7 janvier, le Tribunal de grande instance de Paris a débouté le C.D.M.P. (Centre de Documentation des Métiers du Porcs) de l’ensemble des demandes qu’il formait contre CIWF France. Une victoire judiciaire pour notre organisation.

Victoire procés

Retour sur plusieurs mois de procédure.

Le CDMP poursuivait CIWF France pour appel au boycott fautif pour une phrase : « N’achetez pas de viande issue d’élevages industriels », issue des spots vidéos de CIWF France diffusés en octobre 2016 dans les cinémas de France et sur les réseaux sociaux. Ils avaient connu un grand succès auprès du public avec près de 1 million de vues.
Au-delà de son fondement juridique, cette procédure semblait avoir pour but de nous contraindre  à nous taire sur les pratiques en élevages industriels. Comme de nombreuses actions en justice menées actuellement à l’encontre d’ONG, il s’agissait de limiter notre capacité à mener les missions qui sont les nôtres. Le TGI de Paris a considéré que « la faute alléguée n’apparaît pas établie ». Nos propos, basés sur des faits, et dans le contexte décrit, relèvent donc bien de l’exercice de notre mission.

Le combat contre l’élevage industriel continue.

Notre détermination sort renforcée de cette procédure judiciaire. Les animaux élevés dans les systèmes industriels, confinés, mutilés, continuent de souffrir. Les impacts économiques, sociaux et en matière de santé, de l’élevage industriel sur les êtres-humains sont considérables. Les conséquences environnementales : pollution de l’air, de l’eau, des sols, destruction de la biodiversité, sont immenses. Nous continuerons d’informer le public pour faire évoluer nos modes de consommation. Nous poursuivrons le travail avec les professionnels pour les faire évoluer. Nous augmenterons la pression sur les législateurs français et européens, pour mettre en place des politiques qui permettront de réellement modifier les modes d’élevage.

L’élevage intensif n’est ni durable, ni moralement acceptable ; voilà le vrai coupable.


Partager cette page