Search icon

3 questions à Florian Sigronde, ingénieur agronome militant

News Section Icon Publié 12/04/2019

CIWF vous présente des membres de son équipe, salariés, bénévoles, partenaires... celles et ceux qui agissent à nos côtés pour des élevages durables et acceptables.

Florian Sigronde, ingénieur agronome militant a répondu à nos questions.

Quel est votre parcours ? 

Ingénieur agronome, j’ai choisi, par passion, de m’investir sur les problématiques liées au bien-être et à la protection animale. Mes travaux de fin d’études ont porté sur la protection animale en abattoir et notamment sur la question de la vidéosurveillance… que nous appelons toujours de nos vœux !

Par la suite, au sein de la Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences, j’ai enrichi et élargi mes connaissances aux animaux de ferme et sur la captivité des animaux sauvages, entre autres. Chargé de projets, l’an dernier au sein de CIWF France, j’ai découvert l’immense travail réalisé par les équipes agroalimentaires à travers le monde en organisant à leurs côtés les Trophées Bien-être animal. J’ai également abordé de façon plus technique la question des conséquences de l’élevage industriel sous l’angle des transports d’animaux vivants, en participant aux actions de campagnes réalisées par cette belle équipe.

Aujourd’hui, je suis ingénieur chargé de mission pour la Confédération Nationale Défense de l’Animal. J'accompagne plus de 267 refuges indépendants à travers l’ensemble du territoire. Ensemble, nous trouvons des solutions afin de faire progresser la lutte contre la maltraitance et faire perdurer leur engagement au service de la protection animale. Aux côtés d’autres ONG de protection animale comme CIWF, nous défendons auprès des parlementaires et des services de l’Etat de nouveaux modèles d’élevage pour un mieux « vivre ensemble » entre les animaux et l’homme.

Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser aux animaux ?

L’animal, qu’il soit de compagnie, de ferme ou sauvage m’a toujours fasciné depuis ma plus tendre enfance. J’ai grandi aux côtés d’animaux et mes différentes expériences à leurs côtés ont renforcé mon envie d’agir pour défendre leurs intérêts ! Comprendre le monde sous l’angle de l’animal en tant qu’individu, membre d’un groupe et d’un écosystème ou au cœur d’une filière économique, c’est très révélateur sur l’état de notre société.

Ma formation en agronomie, les visites d’élevage puis d’abattoirs m’ont convaincu qu’il est plus que jamais essentiel pour l’animal, l’homme et la planète de transformer notre modèle agricole et notre regard vers plus de respect pour le vivant.

Aujourd’hui qu’il s’agisse des refuges de France que je visite, de la captivité des cétacés – cause à laquelle je suis très attaché - ou encore lorsqu’il est question d’élevage et d’étiquetage, les problématiques sont différentes, les intérêts divergent, mais des milliers de personnes s’investissent au quotidien pour faire bouger les lignes, des millions de personnes ne peuvent plus l’ignorer et demandent des transformations.

Quelles sont vos aspirations ?

Tout d’abord, d’ici à la fin de l’année, j’aspire à voir l’initiative citoyenne européenne pour la fin des cages se voir couronnée de succès ! Cette ICE est une chance pour rediscuter et bannir des modes d’élevage bien loin d’assurer un monde durable. Aux côtés de CIWF dans l’ICE, nous relayons les messages auprès des associations membres de la Confédération Nationale afin d’obtenir les signatures nécessaires pour atteindre l’objectif des 1,5 millions de signatures !

Sur les questions de l’étiquetage, j’aspire à ce que l’expérimentation d’étiquetage des modes d’élevage aujourd’hui en discussion soit un étiquetage ambitieux ; qui inclut les modes de transports et de mise à mort pour l’ensemble des espèces !

Sous l’angle des refuges, je me démène aux côtés de milliers de bénévoles et aspire à ce que l’on trouve des solutions ensemble pour améliorer les conditions de vie des animaux, lutter contre la maltraitance et faire tendre nos lois vers plus de respect du bien-être animal. 

Enfin, à titre personnel, j’espère avoir à nouveau l’occasion de collaborer avec les équipes de CIWF, aux côtés de qui j’ai beaucoup appris et que j’apprécie dans toutes les diversités !