Search icon

News Section Icon Publié 11/03/2020

Quand on adapte les animaux aux systèmes d'élevage au lieu d'adapter le système aux animaux...

En France, 95% des cochons sont aujourd’hui élevés en système intensif, dans des conditions qui ne correspondent ni à leurs besoins psychologiques, ni à leurs besoins physiques. Ils ne peuvent ni sortir, ni fouiller le sol car il n'y a pas de paille... Les cochons expriment le mal-être causé par ces conditions d’élevage difficiles et inadaptées, en se mangeant la queue.

Istock 93209978

Cette pratique pouvant entrainer des blessures à vif et des infections multiples, il était nécessaire de trouver une solution : couper la queue des cochons ! Au lieu de changer les conditions d’élevage, les êtres-humains ont fait le choix de changer les cochons, peu après leur naissance, en leur coupant une partie d’eux-mêmes à vif, généralement sans anesthésie ni analgésique.

Pourtant, cette pratique est interdite en routine depuis 25 ans !

Une directive européenne sur l'élevage porcin existe depuis 1994, interdisant entre autre la pratique de la coupe des queues systématique (appelée également caudectomie). La Commission européenne a commandé des audits, dont l'objectif était d'évaluer la pertinence et l'efficacité des mesures mises en place par plusieurs Etats-membres, pour prévenir les morsures de queue et éviter la coupe des queues des porcs systématique. En France, il a été réalisé  du 17 au 21 juin 2019, et le rapport vient d'être publié.

Quels résultats ?

Le rapport souligne que la caudectomie est pratiquée en France à plus de 99% et qu'il s'agit donc d'une pratique de routine ; alors même que de nombreuses lésions sont régulièrement constatés à l'abattoir, indiquant ainsi, que couper la queue des cochons n'empêche pas de prévenir les morsures efficacement.
Le rapport constate également que dans la production porcine française, aucune mesure n'est prévue pour prévenir les morsures de queue et autres vices en améliorant les conditions d'élevage des animaux. Par exemple, les bâtiments ne sont pas enrichis des matériaux les plus efficaces (comme de la paille) pour permettre aux cochons de s'occuper et moins souffrir de l'ennui, et même, les méthodes d'abreuvement ne sont pas adaptées aux textes en vigueur !
Le rapport conclut que les autorités françaises et le secteur porcin ont élaboré un plan d'action qui contient certains des principaux éléments nécessaires pour améliorer les conditions d'élevage des exploitations. Mais, à ce stade, seules quelques actions concrètes ont été prises pour respecter la directive européenne sur l'élevage porcin.
Il y a donc urgence à faire bouger la France, afin de réduire les morsures de la queue et éviter la coupe de la queue des porcs. C'est le système qu'il faut changer, pas les cochons !
Dans quelques temps, nous vous donnerons les moyens d'agir.