Search icon

C'était il y a 30 ans : l'une des 1ère victoire de CIWF

News Section Icon Publié 15/04/2020

 

Joyce D'Silva s'est engagée très tôt auprès de CIWF. Elle a ensuite été directrice générale de CIWF de 1991 à 2005. Désormais ambassadrice émérite de CIWF International, elle a pris un moment pour nous raconter l'une des première victoire de CIWF, il y a maintenant de nombreuses années. Cette victoire a ensuite eu un poids énorme sur les autres avancées que nous avons pu avoir, avec d'autres ONG, pour les animaux d'élevage en Europe. Voici son récit.

En 1988, CIWF a lancé une campagne pour que l'Union européenne reconnaisse que les animaux sont des êtres sensibles, c'est-à-dire qu'ils sont capables de ressentir de la joie et de la douleur.. À cette époque, le traité européen ne faisait référence aux animaux que comme des «marchandises» ou des «produits», comme les sacs de blé ou les pommes de terre.

CIWF a sollicité l'aide de nombreuses ONG basées dans les 15 États membres de l'UE (à l'époque) pour parvenir à une pétition d'un million de signatures. Chaque pays participant avait alors traduit notre pétition et l'avait défendue dans les rues, en tenant de nombreux stands. C'était avant l'époque des pétitions en ligne et des réseaux sociaux !

En 3 ans, grâce au soutien et à la mobilisation de nombreuses ong partout en Europe, nous avions collecté ces signatures. C'était la toute première pétition de l'UE à atteindre plus d'un million de signatures.

Les pétitions papier ont été rassemblées et emballées dans des boîtes en carton dans les bureaux de notre siège en Angleterre, puis acheminées à Strasbourg, où le Parlement européen se réunissait.

À l'époque, en tant que Directrice de CIWF, j'ai eu le privilège de remettre une des boîtes de pétitions au président du Parlement. 

Rect3747
1991: Présentation par CIWF d'un million de signatures au président du Parlement européen

Il leur a fallu 3 ans pour valider la pétition, mais ils l'ont fait, en 1994 et elle a ensuite été approuvée par le Parlement.

Au Royaume-Uni, CIWF a continué de faire pression sur le gouvernement. Il a fallu un certain temps pour susciter un soutien, mais en mai 1997, cela s'est produit grâce au nouveau ministre adjoint à l'Agriculture, Elliot Morley, qui était très favorable au bien-être animal.

À peine 6 semaines après son entrée en fonction, les 15 premiers ministres de l'UE se réunissaient à Amsterdam pour conclure une nouvelle version du traité européen, le traité d'Amsterdam. M. Morley a réussi à pousser le Premier ministre britannique, Tony Blair, à inclure la demande de CIWF dans le projet de traité.

CIWF a organisé une marche à Amsterdam avec des partenaires venant de toute l'Europe, qui avaient aidé à la pétition. Alors qu'ils se rendaient à leur réunion, les premiers ministres ont vu (et entendu!) Les manifestants avec leurs pancartes traduites en plusieurs langues.

Image18
1997: manifestation à Amsterdam lors d'une réunion des premiers ministres européens discutant du traité d'Amsterdam

Un protocole juridiquement contraignant, reconnaissant les animaux comme des êtres sensibles, a été ajouté au traité d'Amsterdam. Lorsque le traité de Lisbonne a été approuvé en 2008, le protocole a été transformé en un article du traité.

Il s'agit désormais de l'article 13 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne :

"Lorsqu'ils formulent et mettent en œuvre la politique de l'Union dans les domaines de l'agriculture, de la pêche, des transports, du marché intérieur, de la recherche et développement technologique et de l'espace, l'Union et les États membres tiennent pleinement compte des exigences du bien-être des animaux en tant qu'êtres sensibles, tout en respectant les dispositions législatives ou administratives et les usages des États membres en matière notamment de rites religieux, de traditions culturelles et de patrimoines régionaux."

Non seulement cela reconnaît les animaux en tant qu'êtres sensibles, mais cela appelle l'Union européenne elle-même et les États membres à "accorder toute l'attention" au bien-être des animaux pour l'élevage, la pêche, lors des transports, etc.

Cette grande victoire a aidé les militants du bien-être animal à obtenir par la suite des améliorations majeures du droit européen, telles que l'interdiction des cages conventionnelles pour les poules, la fin du confinement quasi permanent des truies et l'interdiction partielle des cases pour les veaux.

Il incombe aux décideurs politiques européens d’ancrer la reconnaissance du fait que les animaux sont des êtres vivants dans une application plus rigoureuse de la législation actuelle sur la protection des animaux et de renforcer les futures dispositions relatives à la protection et au bien-être des animaux.

Il reste beaucoup à faire. Nous y arriverons. 

Joyce D’Silva est l'ancienne directrice de CIWF et est actuellement notre ambassadrice émérite.