Climat

L’élevage industriel intensifie le changement climatique en rejetant d’importantes quantités de gaz à effet de serre.

Changement climatique - secheresse

L'élevage industriel exacerbe le changement climatique.

Nous savons maintenant que les activités humaines ont un impact fort sur le changement climatique et qu'elles créent une sérieuse menace pour la planète et ses habitants. Les données actuelles suggèrent que nous devons réduire nos émissions de gaz à effet de serre dans les pays développés d’au moins 80% d’ici à 2050 pour avoir une chance de rester sous le seuil de danger matérialisé par une augmentation moyenne de la température de 2°C1. L’élevage industriel est un contributeur majeur du changement climatique, libérant de vastes quantités de gaz à effet de serre.

De nombreuses sources de dioxyde de carbone

L'élevage industriel produit des gaz à effet de serre tout au long de la « chaîne de fabrication » ; en plus de la digestion des aliments, qui produit évidemment des gaz, le défrichement des forêts pour les cultures et pour élever les animaux réduit les puits de carbone vitaux et libèrent les gaz précédemment stockés dans le sol et la végétation.

L’élevage industriel des bovins nécessite deux fois plus d’énergie fossile que l’élevage en pâturage.
Pimentel, 20042

Une industrie énergivore

L’élevage industriel nécessite non seulement beaucoup d’énergie pour élever les animaux, mais aussi pour cultiver les grandes quantités d’aliments nécessaires pour les nourrir. Selon une étude publiée par la Royal Society3, l'alimentation est le premier facteur d’utilisation d'énergie dans les élevages intensifs avec environ 75% de l'énergie totale requise. Le reste de l’énergie est utilisé pour des activités telles que le chauffage, l'éclairage et la ventilation.

L’élevage représente environ 14,5 % de nos émissions mondiales de gaz à effet de serre, soit plus que le secteur mondial des transports. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 20064

Mais le dioxyde de carbone n'est pas le seul problème

Il n’y a pas que le dioxyde de carbone qui pose problème : des gaz tels que le méthane et le protoxyde d'azote sont également produits en grandes quantités et libérés par différentes sources, notamment les déjections animales et l'utilisation des engrais. L'élevage produit respectivement 37 % et 65 % du méthane et du protoxyde d'azote mondiaux5.

Le potentiel de réchauffement climatique du méthane et du protoxyde d'azote est respectivement 25 fois et 298 fois plus puissant que le dioxyde de carbone. Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), 20076

Le changement climatique va rendre l'agriculture plus difficile

Le changement climatique nuit déjà à la production alimentaire7 et ces impacts devraient augmenter au fil du temps, avec des effets potentiellement dévastateurs. Des températures plus élevées, par exemple, pourraient créer un stress hydrique supplémentaire dans les régions déjà pauvres en eau et rendre l’élevage et les cultures vivrières plus difficiles. Selon la Convention sur la Diversité Biologique8, le changement climatique peut affecter la croissance des plantes et leur production : propagation des ravageurs et des maladies, vagues de chaleur, érosion des sols en raison de vents plus forts.

Une contrainte thermique plus forte, le déplacement des moussons et des sols plus secs peuvent réduire les rendements d’un tiers dans les régions tropicales et subtropicales, où les cultures ont déjà atteint leur seuil de tolérance à la chaleur.
Programme des Nations Unies pour l'Environnement, 20019

Pas encore convaincus ? D'autres que nous le disent

Les gaz qu’émet le bétail est une question qui n’a pas encore été traitée par les institutions décisionnelles mondiales.

Banque Mondiale (2009)10

L’agriculture s’avère extrêmement vulnérable face au changement climatique. Les températures plus élevées finissent par réduire les rendements des cultures et, à l’inverse, par encourager la prolifération d’insectes ravageurs et de plantes adventices. Des changements dans les précipitations augmentent la probabilité d’obtenir de mauvaises récoltes à court terme et des déclins de production à long terme. Bien que dans certaines régions du monde des cultures seront encore productives, on s’attend à ce que les conséquences générales du changement climatique sur l’agriculture soient négatives et menacent la sécurité alimentaire mondiale.

International Food Policy Research Institute (IFPRI) (2009)11

En résumé

L'élevage industriel intensifie le changement climatique. En prenant des mesures pour limiter l'élevage industriel, nous ne participons pas simplement à une révolution agricole et alimentaire ; nous nous attaquons également à l'un des plus grands défis du monde actuel.

Vous souhaitez protéger l’environnement ?

Aidez-nous à mettre fin à l’élevage industriel ! Saisissez votre e-mail pour recevoir nos appels à actions et l’actualité de nos campagnes (vous pouvez vous désabonner à tout moment).

Références

  1. European Commission, 2011. Roadmap for Moving to a Low-Carbon Economy in 2050
  2. Pimental, 2004 (From The Organic Centre, 2006). Impacts of Organic Farming on the Efficiency of Energy Use in Agriculture
  3. The Royal Society, 2010. Energy and the Food System
  4. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 2006. Livestock’s Long Shadow
  5. Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 2006. Livestock’s Long Shadow
  6. Intergovernmental Panel on Climate Change, 2007. Climate Change 2007: Working Group I: The Physical Science Basis
  7. Nature, 2011. Climate Change Curbs Crops
  8. Convention sur la Diversité Biologique, 2007. La diversité biologique et les changements climatiques
  9. United Nations Environment Programme, 2001. Climate Change Information Sheet
  10. World Bank (2009), Minding the Stock
  11. IFPRI (2009), Climate Change: Impact on Agriculture and Costs of Adaptation

Partager cette page

Recevez notre lettre d'info