A quand une agriculture et alimentation citoyennes ?

01 mars 2016
Télécharger : 2016FevCPsondageSIA.pdf | Size (0,27MB)

Le dernier sondage YouGov pour CIWF France montre que 87% des Français se disent opposés à l’élevage intensif pourtant 80% des animaux en France sont élevés de façon industrielle. D’après ce même sondage pour 79 % des Français*, les conditions d’élevage des animaux (intensif, plein air, bio…) sont un critère de choix lors de leurs achats de viande, volaille, œufs et lait. Mais sans étiquetage, comment le consommateur peut-il s’y retrouver ?

Elevage industriel : 9 Français sur 10 y sont défavorables !

Alors qu’en France, plus de 80% des animaux sont élevés de façon intensive, le dernier sondage YouGov pour CIWF France montre que 9 Français sur 10 sont défavorables à ce type d’élevage*.

L’agriculture intensive nuit aux hommes (et aux éleveurs en particuliers comme on le voit en ce moment), aux animaux et à la planète. Et contrairement à ce que l'on laisse croire l’élevage industriel est inefficace : il semble permettre une production élevée à bas prix cachant des coûts élevés, il pollue les eaux et les sols, il est source de gaspillage des céréales et il est source de nombreuses souffrances des animaux... En quoi est-il citoyen ?

La fin de l’élevage industriel est essentielle à une politique agricole et alimentaire mondiale durable et respectueuse du bien-être animal. L’élevage industriel n’est pas seulement mauvais pour les animaux, il est aussi dangereux, injuste et déloyal et peut avoir des impacts allant du changement climatique à la perte de biodiversité, des maladies à l’insécurité alimentaire. CIWF veut dévoiler la vérité sur notre alimentation et milite pour une alimentation plus saine et un mode d’élevage plus respectueux des animaux. Une révolution alimentaire et agricole est nécessaire, fournissant une nourriture saine et abordable, pour tous, produite à partir de systèmes d’élevages qui respectent les animaux et les hommes, qui soutiennent les moyens de subsistances ruraux et réduisent la pauvreté, qui protègent la planète et ses ressources.

Si les Français sont si hostiles à l’élevage intensif, pourquoi ne changent-ils pas leur mode de consommation ?


Selon un sondage YouGov pour CIWF France1 pour 79 % des Français, les conditions d’élevage des animaux (intensif, plein air, bio…) sont un critère de choix lors de leurs achats de viande, volaille, œufs et lait. Mais sans étiquetage clair comme celui qui existe sur les œufs, il est difficile pour le consommateur de faire son choix. A l’heure où l’on s’interroge sur le contenu de nos assiettes, pouvoir identifier les « viandes de France » est important, mais est-ce suffisant ? Cela n’informe pas sur les conditions d’élevages des animaux concernés. Beaucoup de labels alimentaires annoncent des produits « 100 % naturels » ou « en direct du producteur » et utilisent des images bucoliques d’animaux broutant paisiblement dans les prés – les emballages sont trop souvent trompeurs. Sans étiquetage, comment le consommateur peut-il s’y retrouver ?

Dans le cadre de notre campagne Question d'étiquette, CIWF demande un étiquetage clair de la viande de volaille selon le mode d'élevage (sur le modèle de l'étiquetage des œufs). Par la suite, CIWF souhaite que ce type d'étiquetage soit appliqué à toutes les viandes et produits laitiers.

En attendant, comment faire pour acheter des produits sans souffrance animale ? En achetant des produits issus d'élevages extensifs ! Pour s’y retrouver, CIWF propose sur son site internet le guide du consommateur responsable. Ce guide permet de reconnaître les viandes, poissons, œufs et produits laitiers issus d’élevages assurant une meilleure prise en compte du bien-être animal et plus favorable à l'environnement !

La voie tracée par les œufs

L'Union Européenne a introduit il y a plus de 10 ans un étiquetage obligatoire relatif au mode de production sur les coquilles d'œufs (élevées en cage, au sol ou plein air). Cet étiquetage fut une réussite parce que les œufs de systèmes intensifs ont dû être étiquetés aussi.

Depuis l'instauration de cet étiquetage, le nombre de poules pondeuses hors cages en Europe est passé de 19,7% en 2003 à 42,2% en 2012 . Sur la même période, la production d'œufs hors cage a augmenté de 57% en Autriche, 24 % en Italie et 57% en Allemagne. En France, les œufs issus de poules élevées hors cage représentent désormais 56% des ventes en supermarché (en valeur). Il s'agit d'un excellent exemple de la façon dont un étiquetage clair et simple sur le mode de production peut fonctionner.

En 2013, l'UE a accepté l'étiquetage des poissons selon le mode de capture. A quand un étiquetage du mode d’élevage sur les viandes et produits carnés transformés ?

L’étiquetage selon le mode d’élevage permet d’assurer une véritable traçabilité, garantissant non seulement la protection des consommateurs, mais également la transparence de la chaîne alimentaire. Et pour que les consommateurs disposent d'informations transparentes, sur l’origine et le mode d’élevage, l’étiquetage doit concerner tous les systèmes de production, intensifs et extensifs.

Contact presse

Claire Hincelin 01 79 97 70 53 / 06 26 07 55 43 / claire.hincelin@ciwf.fr


Partager cette page