Search icon

Nouvelle loi pour la protection des porcs

News Section Icon Publié 02/01/2013

1er janvier 2013, nouvelle loi pour la protection des porcs : tout n'est pas rose pour les truies !

A l’occasion de l’entrée en application le 1er janvier 2013 de la directive européenne relative à la protection des truies, CIWF, l’ONG internationale de référence dédiée au bien-être des animaux d’élevage, a réalisé un sondage d’opinion* auprès des Français. Il en ressort que les Français sont très soucieux du bien-être animal.

Plus d’un Français sur deux trouve choquant que de nombreux élevages français ne respectent pas la législation au 1er janvier 2013. Les consommateurs, eux aussi, se préoccupent de plus en plus de cette question. 75% d’entre eux affirment que s’ils étaient davantage informés des conditions habituelles d’élevage des porcs (très intensif, hors sol, avec confinement, mutilations etc...), ils achèteraient uniquement des produits issus d’élevages respectueux du bien-être animal.

Interdiction des cases de gestation pour les truies : une avancée législative considérable

Depuis hier, la directive européenne interdisant partiellement les cases de gestation pour les truies s’applique à l’ensemble des élevages porcins français et européens de plus de 10 truies. Au niveau européen, elle permettra d’améliorer les conditions de vie de 13 millions de truies, qui jusqu’alors passaient environ 300 jours par an enfermées dans des cases métalliques. Totalement confinés, les animaux étaient sujets à de nombreuses blessures et frustrations, les empêchant ainsi d’exprimer leurs comportements naturels. A partir de maintenant, les truies seront logées en groupe, sauf pendant les 4 premières et la dernière semaine de gestation.

« Nous nous félicitons de l’entrée en application de ces dernières dispositions de la directive sur la protection des porcs » déclare Léopoldine Charbonneaux , Directrice de CIWF France.

Il s’agit d’une avancée réelle dans le combat pour le bien-être des truies, même si nous aurions souhaité que les dispositions aillent encore plus loin. Si les mesures existent et que nous saluons les éleveurs qui s’y conforment, nous déplorons le fait que de nombreux élevages français et européens ne soient pas encore aux normes, malgré une période de transition de plus de 10 ans.

Une législation pas respectée par tous

Les dispositions européennes de protection des truies ont été votées en 2001 et ont été transposées en droit français en 2003, laissant donc du temps aux éleveurs de porcs. Malgré cela, la France marque un fort retard dans la mise aux normes, les estimations de conversions indiquaient qu’environ 60% seraient conformes, alors que les derniers chiffres officiels issus de Bruxelles fin décembre évoquent des taux de seulement 33%. Les Français sont 67% à penser que l’origine France leur garantit le respect de la règlementation minimale en matière de protection des porcs.

Or, vu les niveaux de mises aux normes en France ce n’est pas le cas. Les consommateurs français vont donc acheter des produits issus d’élevages non conformes, sans le savoir. Les résultats du sondage montrent que les Français portent une attention toute particulière aux conditions de vie des animaux en élevage porcins. Les déclarations des consommateurs et leur niveau d’exigence et d’attention lors de leurs achats devraient encourager la mise aux normes, ainsi que l’essor de systèmes alternatifs plus respectueux du bien-être animal tel l’élevage sur paille ou en plein air. La pression des consommateurs ne peut que faire avancer les choses plus vite !

* Sondage CIWF par YouGov réalisé auprès d’un échantillon représentatif de 1009 personnes entre le 4 et le 6 décembre 2012

Pour obtenir ce communiqué de presse Une nouvelle loi pour les porcs en version PDF.

A propos de Compassion in World Farming

Créée en 1967 par un éleveur laitier en réaction à l’intensification de l’élevage, CIWF est aujourd’hui reconnue comme l’ONG internationale de référence dédiée au bien-être des animaux d’élevage. Présente en France depuis 2009, CIWF a pour mission d’encourager les pratiques d’élevage respectueuses du bien-être des animaux, de proposer des alternatives à l’élevage intensif viables et durables et promouvoir une agriculture durable, respectueuse des animaux, des hommes et de la planète.