Search icon

Pétition "Libérez les truies !"

News Section Icon Publié 24/09/2012

Pétition "Libérez les truies !" remise au Ministère de l'agriculture

Ce lundi 24 septembre 2012, des représentants de CIWF, l’ONG internationale de référence dédiée au bien-être des animaux d’élevage, ont été reçus par les conseillers techniques du Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, pour remettre une pétition de près de 13 000 signatures, alertant sur les conditions de vie des truies.

À 3 mois de l'échéance pour la mise aux normes, la France présente un fort retard et fait figure de mauvaise élève en Europe

Pour alerter le Ministre sur la nécessité de respecter l’échéance du 1er janvier 2013 pour l’interdiction des cases de gestation pour les truies, nous avons souhaité lui adresser un message fort avec une pétition en ce sens portant près de 13 000 signatures. Nous avons aussi offert un gâteau en forme de truie. Nous espérons que le Ministre l’appréciera tout en prenant la mesure de l’intérêt des français pour le bien-être des truies et avancera significativement sur ce dossier urgent ! précise Léopoldine Charbonneaux, Directrice de CIWF France.

Actuellement des millions de truies en Europe passent environ 300 jours par an dans des cases de gestation. Ces stalles métalliques individuelles restreignent fortement les mouvements, empêchent l’expression des comportements naturels et sont source de blessures, d’inconfort et de stress. Heureusement, une directive communautaire transposée en droit français dès 2003, prévoit l’interdiction partielle des cases de gestation ; elle sera applicable à toutes les exploitations européennes au 1er janvier 2013. Néanmoins, à peine 50% des installations françaises sont aux nouvelles normes et les estimations issues de la profession ne s’attendent pas à plus de 60% au 1er janvier 2013. En Europe, selon les chiffres officiels remis à la Commission européenne, la France figure parmi les mauvais élèves, seuls l’Italie et le Portugal affichent des taux de conversion plus faibles que la France.

Des mesures existent mais doivent être encore renforcées

Étant donné que les États membres et les producteurs ont bénéficié d’une période de transition de plus de 10 ans, il est impératif que les exploitations françaises soient conformes aux nouvelles normes à temps. En France, le dispositif d’aide de l’Etat aux producteurs mis en œuvre n’a pourtant pas permis d’améliorer suffisamment les taux de mises aux normes.

Si nous saluons l’annonce récente d’une enveloppe complémentaire de 10 millions d’euros d’aide aux conversions, nous encourageons le Ministère à poursuivre ses actions. Il faut aller encore plus loin, pour le bien- être des truies et le respect de la législation, précise Léopoldine Charbonneaux. Le respect de l’échéance communautaire fixée au 1er janvier 2013, fermement réitérée par les instances européennes, doit être tenu même si la mise aux normes prend du temps et demande une vraie volonté au sein de la filière.

Respecter cette interdiction dès le début 2013 permettrait aussi d’éviter toute procédure d’infraction au niveau européen ; une telle procédure ayant été engagée envers la France pour non-respect de la réglementation concernant l’interdiction des cages conventionnelles pour les poules pondeuses au 1er janvier 2012.