Search icon

Nouveau rapport EggTrack : l’outil de suivi des entreprises dans leur transition hors-cage.

News Section Icon Publié 24/09/2019

CIWF publie ce 24 septembre 2019, la deuxième édition du rapport EggTrack. Cet outil innovant créé par CIWF rend compte des progrès réalisés chaque année par les entreprises européennes dans leur transition vers la fin de l’élevage des poules en cages dans leur approvisionnement. L’édition 2019 montre des avancées, mais encore un manque de clarté de certaines entreprises. 

Egg Track Logo

Une vague d’engagements vers le hors-cage mais quelles avancées concrètes ?

Depuis 2016, les entreprises s’engageant à ne plus utiliser ou vendre des œufs issus de poules élevées en cages se sont multipliées. Elles reconnaissent ainsi que les cages ne sont pas acceptables et entendent les consommateurs français qui sont 87% à être opposés aux cages.[1]

Le rapport EggTrack permet de suivre les progrès dans la transition hors-cage, et de s’assurer que les entreprises vont tenir leurs promesses à l’échéance annoncée. Il permet également à CIWF de travailler en étroite collaboration avec les entreprises sur leurs engagements hors-cage, en fournissant des conseils techniques et en les encourageant à toujours progresser pour tenir leurs engagements et investir dans les meilleurs systèmes possibles. Rappelons qu’en France 57,8% des poules sont encore en cages.[2]

Voir le rapport sur https://www.ciwf.fr/media/7437424/ciwf_2019-eggtrack-report-france_lrf.pdf

EggTrack, un outil de suivi concret

Toutes les entreprises mises en avant dans ce rapport se sont engagées à s’approvisionner uniquement en œufs et/ou en ovoproduits issus d’élevages hors-cage d’ici à 2025 au plus tard. Le rapport 2019 concerne 106 groupes européens (contre 83 dans la première édition en 2018), et inclut des entreprises leaders des secteurs de la distribution, restauration, transformation et production. Le rapport n’est pas exhaustif de l’ensemble des entreprises ayant pris des engagements hors-cage, mais a sélectionné les entreprises leaders dans leur secteur d’activité, en se basant sur leurs parts de marché, les volumes d’œufs utilisés et leur influence sur le marché.

EggTrack présente les progrès réalisés par les entreprises dans leurs approvisionnements en œufs coquille, mais aussi en ovoproduits et en œuf ingrédients. Ces œufs « cachés », contenus dans les produits élaborés (mayonnaises, pâtisseries, pâtes aux œufs…), sont tout aussi importants et souvent oubliés dans les rapports d’avancement.

Les données de ce rapport ont été compilées en août 2019, à partir d’informations publiées sur les sites internet des entreprises.

Le rapport 2019 montre que :

  • 28% des entreprises n’ont toujours pas publié de rapports d’avancement
  • 30% des entreprises ont publié l’état d’avancement de leur progrès pour une partie seulement de leur approvisionnement (par exemple, sur au moins une catégorie d’œufs, marque, géographie…)
  • 42% des entreprises ont rendu compte de leurs progrès pour l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement.
  • Parmi les entreprises inclues dans le rapport EggTrack, on note que la grande distribution est la plus avancée dans ses approvisionnements hors-cage :
    • 78% de l’approvisionnement des distributeurs provient déjà d’élevages hors-cage
    • 67% de l’approvisionnement des transformateurs provient déjà d’élevages hors-cage
    • 54% de l’approvisionnement de la restauration provient déjà d’élevages hors-cage
  • Plus l’échéance approche de son terme, et plus les entreprises communiquent sur leurs avancées.

De manière générale, le reporting mis en place par les entreprises sur l’avancement de la transition hors-cage est satisfaisant, ce qui montre que les entreprises agroalimentaires européennes prennent au sérieux la question. Cependant, l’échéance 2025 d’un grand nombre d’engagements est imminente, et correspond à seulement quatre cycles d’élevage de poules pondeuses.

Les ovoproduits sont de plus en plus pris en compte

Les entreprises s’engagent de plus en plus sur les « œufs cachés », y compris les distributeurs. En France 12 distributeurs ont pris des engagements sur les œufs coquilles d’ici à 2025. Les deux tiers des enseignes françaises ont aussi pris des engagements sur les ovoproduits pour leurs marques propres. En revanche, 42% des distributeurs français n’ont pas mis en place de reporting ou ne le rendent pas visible.

La nouveauté de ce rapport 2019 en France est l’introduction de trois producteurs français, dont le Groupe Avril, premier producteur d’œufs français et engagé à la conversion hors-cage à échéance 2025 pour toute sa production d’œufs coquille et d’ovoproduits.

CIWF encourage les entreprises à plus de clarté

Comme l’année dernière, les engagements de certaines entreprises manquent de clarté. Pour certaines, le périmètre de l’engagement n’est pas clair, par exemple, s’agit-il de l’ensemble des œufs (coquille, ovoproduits et œufs ingrédient) ou bien quelles marques ou quel périmètre géographique sont couverts par l’engagement.  Le rapport EggTrack sera publié chaque année jusqu’à l’échéance 2025. CIWF encourage les entreprises à continuer à rendre public leur avancement et à :

  • Clarifier le périmètre de leurs engagements et rendre compte des progrès pour l’ensemble des engagements relatifs aux œufs hors-cage
  • Etendre leurs engagements pour couvrir aussi les ovoproduits et les ingrédients « cachés»
  • Travailler avec leurs fournisseurs afin de s’assurer que les échéances seront tenues est que la transition hors-cage est en cours
  • S’assurer d’investir dans les meilleurs systèmes alternatifs à la cage, adaptés à l’objectif (offrir une qualité de vie satisfaisante aux poules) et adaptés à l’avenir (acceptables pour les consommateurs durant toute la durée de l’investissement et permettant de résoudre des problématiques émergentes tels que l’arrêt de l’épointage des becs).

Des alternatives aux cages de qualité très variables

L’une des principales préoccupations de CIWF est le développement de différents types de systèmes de volières intensifs. C’est le cas par exemple des systèmes combinés (ou « cages ouvertes »), dans lesquels certains producteurs ont investi, notamment aux Etats-Unis et en Italie. Ces systèmes combinés n’offrent pas aux poules pondeuses les améliorations en termes de bien-être animal suffisantes : les cloisons intérieures ou les portes limitent les déplacements des oiseaux au sein d’un étage et entre les rangées et les poules peuvent rester confinées pendant de longues périodes ; les nids ne sont pas fermés et ne sont pas munis de revêtement confortable ; la hauteur entre les différents étages est également limitée. CIWF encourage d’autres part les producteurs et les entreprises à investir autant que possible dans des systèmes en plein air, ou a minima dans des volières avec accès à un jardin d’hiver, pourvue de lumière naturelle, d’enrichissement du milieu et opérant avec des densités d’élevage plus faibles.

 Contact presse

Claire Hincelin – claire.hincelin@ciwf.fr  / 01 79 97 70 53 - 06 26 07 55 43

 

[1] Sondage IFOP pour CIWF France 2019

[2] Source CNPO/ITAVI

Télécharger :

20190924Cpeggtrack (PDF Taille (0,28Mo)