Poules pondeuses : des cages inacceptables

Poules cages 2015

Poules pondeuses en élevage industriel

Au printemps 2015, les enquêteurs de CIWF se sont rendus dans 10 élevages industriels de poules pondeuses dans 4 pays – l’Italie, la France, la République tchèque et Chypre.

Nous dévoilons aujourd'hui ce qu'ils ont découvert : plus de 300 millions de poules pondeuses encore dans des cages cruelles en Europe. 

Les cages de batterie conventionnelles ont été interdites en 2012 et les poules européennes ont progressivement cessé d’être élevées dans des cages nues. A juste titre, cette avancée fut célébrée pour les améliorations qu’elle pouvait offrir aux poules pondeuses. Mais CIWF s’est rendue sur le terrain pour mesurer l’impact réel de cette interdiction pour les poules. Dans les quatre pays de l’UE visités, nos enquêteurs ont découvert des élevages intensifs en cage où la productivité dicte sa loi.


Regardez cette courte vidéo d’enquête pour voir ce que nous avons découvert et demandez aux Ministres de l’agriculture européens de mettre fin aux cages pour les poules européennes.

 

Enquête : 300 millions de poules dans des cages cruelles en Europe

 

Ce système est fondamentalement défaillant

L’Unité d’enquête a visité des élevages de toute sorte: petit et grand, moderne et délabré, propre et sale. Quel que soit le type d’élevage, les poules étaient confinées et passaient leur vie entière debout sur un sol métallique grillagé ou des perchoirs glissants, sans jamais voir un rayon de soleil.
Les cages “enrichies” sont peut-être conformes à la lettre du droit, mais aucunement à l’esprit de notre campagne pour l’interdiction des cages en batterie conventionnelle.

Témoignages des enquêteurs :

Voici quelques témoignages oculaires des membres de notre Unité d’enquête:

En France:
Les cages semblaient s’étendre à l’infini. Elles s’élevaient jusqu’au plafond du bâtiment, au-dessus de moi, et sur toute sa longueur. Il y a avait tant de poules autour de moi que leurs cris en devenaient assourdissants. L’ampleur de la souffrance qui régnait sous ce toit était inconcevable.
Certains oiseaux étaient perchés. Ce “luxe” est l’un des éléments déterminants de la légalité de ces cages. Mais les poules n’étaient en réalité perchées qu’à quelques centimètres du sol de la cage et constamment bousculées par leurs congénères. Elles ne pouvaient se percher confortablement, car leur tête touchait le plafond de la cage. Ces poules ne pouvaient donc jamais se “reposer” dans des conditions naturelles.
Le secteur de l’œuf proclame que ces cages apportent d’importantes améliorations par rapport aux cages nues. Il suffit pourtant de voir le confinement dans lequel vivent ces animaux—qui ont à peine assez de place pour étendre les ailes—et les « enrichissements » minimes requis par la loi, pour comprendre que pour les poules, une cage reste une cage.


En Italie:
J’ai traversé le hangar, longeant les cages alignées sur plusieurs niveaux. Certaines poules avaient les pattes rigides et les griffes enroulées autour de grillages métalliques glissants, tandis que d’autres se disputaient l’espace restreint sur les perchoirs. Un jeune coq se tenait sur le sol du hangar. Un male, seul au milieu de 9000 poules enfermées. Que faisait-il de plus qu’elles? Il marchait, comme marche un poulet—pas allongé et griffes déployées—en quête de nourriture au sol. Il semblait à l’aise.
J’ai regardé à nouveau les poules—anxieuses et confinées. Elles ne pouvaient pas marcher. Elles avaient l’apparence d’une poule, mais ne pouvaient se comporter comme telle. Plus que jamais, j’ai réalisé qu’une cage, n’importe quelle cage, ne permettra jamais aux animaux d’exprimer ne serait-ce qu’une fraction de leur comportement naturel.


A Chypre:
Il nous fallu insister pour que l’employée nous laisse entrer dans le Hangar 2, mais elle finit par céder. Nous entrâmes et elle demeura à la porte, hésitante. Je lui fis signe de venir car j’avais quelques questions. Elle m’avoua alors que les poules souffraient, toutes autant qu’elles étaient—des milliers d’oiseaux infestés par les mites.
Tristement, aucun traitement n’était administré à ces poules qui seraient d’ici peu abattues—après une année de ponte, elles étaient exténuées et infestées par les mites. C'eût été une dépense inutile puisqu’elles seraient bientôt servies en soupe, en pâté ou transformées en aliments pour animaux domestiques.


En République Tchèque:
Les vieux immeubles de l’administration distribués autour du site semblaient être un vestige du passé. Mais l’un des bâtiments centraux sentait le poulet. J’avais du mal à croire qu’un élevage intensif de poules ait été installé sur ce site. J’avais tort. Plus de 7000 poules, réparties sur trois étages, vivaient à l’intérieur de ce bâtiment mal éclairé.
Les oiseaux étaient sur le qui-vive et nerveux au contact de l’homme. La plupart avaient les plumes piquées, et leurs plumes marrons et brillantes, naturelles chez les oiseaux vivant en plein air, avaient disparu. On ne voyait que des cous blancs décharnés. Ces poules ne pouvaient échapper aux coups de becs. Comment aurait-il pu en être autrement alors qu’elles étaient enfermées à dix dans une cage métallique? 

Comment agir ?

En signant la pétition pour demander aux Ministres de l’Agriculture européens qu’ils étendent l’interdiction des cages conventionnelles à tout type de cages pour les poules pondeuses. Merci.

Signez la pétition


Tout ceci est légal, mais certainement pas acceptable.



Partager cette page

Recevez notre lettre d'info